Séminaire NumeRev : Ce que le numérique fait aux livres

Ce que le numérique fait aux livres

Résumé : En revenant sur le développement du numérique dans la filière du livre, Bertrand Legendre examine ses implications en fonction des catégories éditoriales. Ce faisant, il s’applique à inscrire ses analyses dans la longue durée et met au jour les continuités ou évolutions qui marquent des notions et des pratiques telles que l’autoédition et la légitimation. Loin des discours sur « la mort du livre » et sa « révolution numérique », il dresse un bilan nuancé des mutations en cours, précisant selon la nature de la production éditoriale, la place que le numérique y prend entre processus de production et dispositifs promotionnels, entre GAFAM et rematérialisation. Glissement d’une économie de biens vers une économie de services, injonction numérique, redistribution des rôles, répartition de la valeur, diversité, nouveaux rapports de forces entre l’édition et les autres industries culturelles, toutes ces sujets permettent de prendre la mesure du phénomène et de ses ambivalences.

Bertrand Legendre est professeur en sciences de l’information et de la communication à l’université Paris 13. Responsable du Master Politiques éditoriales, il dirige le LabSIC et le laboratoire d’excellence ICCA (industries culturelles et création artistique). Son dernier ouvrage est disponible aux PUG.

Séminaire le 24 octobre 2019 14:00
Lieu : MSH Sud, 71 Rue du professeur Henri Serre, Montpellier

contact@numerev.com

https://numerev.com

Xavier INGHILTERRA

Enseignant-chercheur à l'Université Paul Valéry - Montpellier 3

More Posts

12ème Colloque international d’ISKO-France : Données et mégadonnées ouvertes en SHS : de nouveaux enjeux pour l’état et l’organisation des connaissances ?

12ème Colloque international d’ISKO-France

Données et mégadonnées ouvertes en SHS : de nouveaux enjeux pour l’état et l’organisation des connaissances ?

Organisé conjointement par le Chapitre Français de l’ISKO et l’équipe de recherche Lerass-Ceric de l’Université Paul-Valéry, Montpellier 3.

Lieu du Colloque : Université Paul-Valéry, Montpellier 3

Dates : 9-11 octobre 2019

Le chapitre français de l’ISKO a comme préoccupation majeure depuis sa création en 1996 la question de l’organisation des connaissances. Cette thématique a été traitée sous l’angle des structures d’organisation, des outils techniques de médiation mais aussi des formes et processus de partage des connaissances. Le douzième colloque d’ISKO-France abordera l’organisation, la classification et la gestion des connaissances en choisissant, comme point d’entrée, les données massives.

> Programme 

L’explosion des données a provoqué ce que certains considèrent comme de véritables mines d’or. Les données, lorsqu’elles sont traitées et organisées, permettent effectivement d’évaluer des ensembles d’activités humaines présentes sur le web. Depuis l’avènement du web social, les traces numériques “forment [en effet] une ‘matière première’ particulièrement profitable […][1]. Les réflexions liées à l’ouverture, la communication, l’appropriation et la ré-exploitation de ces données sont des questionnements transversaux pour l’ensemble des acteurs socio-économiques concernés. Par ailleurs, aucun secteur d’activité n’échappe à cette effervescence. Les mégadonnées sont ainsi considérées comme des vecteurs d’une nouvelle révolution numérique qui impacte le développement socio-économique et politique de la société actuelle : la santé, le transport, l’énergie, l’innovation et le marketing, ou encore les politiques publiques par exemple. De nouvelles méthodes d’analyse et outils sont mobilisés pour exploiter ces données, l’équilibre entre “entre innovation et précaution[2] étant fragile, entrainant avec eux un certain nombre d’interrogations et d’enjeux, notamment éthiques.

Les mégadonnées sont aujourd’hui une préoccupation centrale du monde de la recherche, en témoigne l’édition scientifique récente, les ouvrages, revues et colloques étant légion sur le sujet. Il devient ainsi difficile d’échapper au phénomène data quels que soient les thématiques ou objets de recherche, car il affecte directement les pratiques des chercheurs. Les injonctions se multiplient pour l’ensemble des acteurs des sciences, qui doivent prendre en compte toutes les étapes du cycle de vie des données, depuis leur création ou leur collecte, leur traitement, leur conservation, jusqu’à leur exploitation. La mise en œuvre de plans de gestion des données est devenue indispensable pour espérer obtenir un financement, en raison notamment de l’incitation à ouvrir les données de la recherche. Les problématiques liées à ces dernières sont donc multiples et complexes.

Néanmoins, la collecte des données, leur traitement comme leur diffusion fournissent des terrains d’étude et de réflexion tout à fait fructueux pour les chercheurs, particulièrement en sciences de l’information et de la communication. En effet, des questions de plusieurs ordres sont soulevées qui pourront être l’occasion de communications et débats dans le cadre du douzième colloque d’ISKO-France. Le comité scientifique invite donc à proposer des contributions originales sur les données et mégadonnées en SHS : des propositions exposant des études de terrain ainsi que des réflexions plus larges sur les enjeux des données massives dans des contextes spécifiques (réflexions théoriques, études de cas ou retours d’expériences) en lien, notamment, avec les aspects suivants :

  • Des approches épistémologiques, philosophiques et terminologiques sur les données massives et notamment sur la manière dont elles font évoluer le champ de l’information-documentation et ré-interroge les concepts fondamentaux. L’on peut notamment se demander si les données massives permettent de réinterroger les notions d’information, de données et de connaissances, ou si, à l’inverse, une perspective historique, prenant appui sur les auteurs fondateurs du champ de l’information-documentation, apporte un éclairage particulier sur les données massives et leur traitement.
  • L’éthique et le cadre juridique relatifs au recueil et à la manipulation de données. Si, techniquement, il est possible de collecter rapidement et massivement des données, notamment sur internet, le cadre éthique et légal du recueil de ses données massives demeure encore flou concernant le périmètre de la collecte, la nécessité d’anonymisation ou encore la protection des données.
  • Les outils et méthodes de traitement, d’analyse des données et de diffusion des résultats. Le changement d’échelle qu’implique l’analyse des données massives interroge les outils et méthodes de traitement. Analyser des corpus volumineux nécessite le choix d’outils et de méthodes automatisés dont sont, le plus souvent, peu familiers les chercheurs en SHS. Ces outils, s’ils simplifient le traitement des données ne permettent pas toujours de prendre en compte la finesse des analyses attendues en sciences humaines et sociales. Les procédures et systèmes de classification et d’organisation des connaissances seraient alors amenés à évoluer sous l’influence de la massification des données. Les outils de diffusion des résultats suscitent également des interrogations. Il en est ainsi, par exemple de la data visualisation, en vogue actuellement pour présenter les résultats des analyses de données. Cette représentation visuelle, qui a l’avantage de mettre en lumière des tendances massives, tend cependant à transformer “de vastes corpus de données complexes en une information synthétique et simple” simplifiant ainsi les résultats de l’analyse.
  • L’enjeu social et économique des données au prisme notamment des usages qui en sont faits. Pour le secteur marchand, l’exploitation des mégadonnées présente un intérêt commercial alors que pour les pouvoirs publics, elle résulte d’une volonté politique de rapprochement du citoyen et des institutions ou peut être entendue comme un outil de pilotage qui permet d’infléchir les politiques publiques. Le chercheur peut alors s’interroger sur les usages qui sont faits des données massives, sur l’articulation entre la place des institutions publiques et le rôle d’entreprises privées dans la production, le partage ou l’appropriation des données, ou encore sur le difficile équilibre à trouver entre ouverture des données publiques et protection de la vie privée. Par ailleurs, l’on pourrait on pourrait analyser les nouvelles approches notamment sur le plan des implications sociales et socio-économiques. L’on pourra se demander si le principe ou le prisme d’économie de la qualité peut offrir des points d’appui et des notions intéressant la valeur de la quantité, et si la distinction opérante en SHS entre quantité et qualité se voit réinterrogée et sous quelles formes à propos des big data.
  • La diffusion et la médiatisation des données pourront être interrogées sous l’angle des dispositifs de publicisation des sciences et des données scientifiques sur le web. Ce pourra être également l’occasion de s’intéresser aux enjeux info-communicationnels dans les espaces publics, économiques et scientifiques.
  • Les rapports entre big data et productions symboliques et, sur le versant scientifique, les les interrogations et orientations en lien avec les industries créatives. Entre connaissance fine des mouvements du marché de l’art et facteur d’influence de ces mêmes mouvements, ce que permettent les données massives témoigne de conditions nouvelles dans l’appréciation, voire la régulation, de la valeur. Quelles configurations se construisent dans ces secteurs ? Par ailleurs, repères, témoins ou agents des pratiques, les données sont également sollicitées dans la recherche sur l’art actuel et l’histoire de l’art contemporain, apportant des matériaux à collecter, trier, analyser.

Xavier INGHILTERRA

Enseignant-chercheur à l'Université Paul Valéry - Montpellier 3

More Posts

Séminaire de rentrée avec Olivier Galibert : Le modèle normatif de la communauté virtuelle à l’épreuve de son instrumentalisation.

Séminaire de rentrée avec Olivier Galibert :

Le modèle normatif de la communauté virtuelle à l’épreuve de son instrumentalisation.

Lieu : salle des Masters au département Info-com Toulouse, 115 Route de Narbonne – 31077 TOULOUSE. Département Info-com, 1er étage à gauche. Il sera partagé en visioconférence à Montpellier (salle de recherche E201).

Olivier Galibert, Professeur en Sciences de l’Information et de la Communication, enseigne à l’IUT de Dijon-Auxerre. Il est directeur adjoint du laboratoire CIMEOS (EA 4177) et co-responsable de l’axe « Santé-Savoirs-Innovation » de cette même équipe de recherche en SIC. Vous trouverez, en pièce jointe, le résumé de son intervention.

Ses axes de recherche portent sur :

      •  l’ interrogation du lien communautaire dans la médiation des savoirs en ligne ;
      • l’analyse des processus de socialisation électronique sur internet et dans les intranets ;
      • l’étude des communications organisationnelles et des usages des TIC dans l’organisation.

Ses travaux interrogent aujourd’hui les enjeux du community management en lien avec les phénomènes sociaux suivants :

– la transition socio-écologique

– l’éducation et la formation continue

– la santé.

Xavier INGHILTERRA

Enseignant-chercheur à l'Université Paul Valéry - Montpellier 3

More Posts

Mise à l’agenda de la suppression de la qualification • ANCMSP

Publié le MERCREDI 22 MAI 2019  par l’ANCMSP :
Le 9 mai dernier, messieurs les députés Berta (MODEM), Henriet (LREM), Eliaou (LREM) ont déposé un amendement, dans le cadre de l’étude du projet de loi de “Transformation de la fonction publique” visant à “permettre aux universités de déroger à la procédure de qualification pour recruter directement leurs enseignants-chercheurs”.
La procédure de qualification est critiquable à de très nombreux égards : en l’état, elle participe à une dévalorisation du doctorat, en jugeant du caractère suffisamment scientifique ou non d’une recherche doctorale en vue de l’employabilité du-de la docteur·e comme maître·sse de conférences, mettant ainsi à mal l’unicité de la valeur du diplôme. En théorie, juger de la qualité d’un doctorat devrait revenir aux écoles doctorales et au jury de soutenance (c’est-à-dire les employeurs), et non pas au CNU. Une thèse soutenue devrait être un critère suffisant d’employabilité sur les marchés du travail académique. Dans un contexte de pénurie de postes, le filtre de la qualification participe d’une invisibilisation de l’état de tension des marchés du travail académique, et dévalorise la recherche doctorale d’un nombre considérable de docteur·e·s non qualifié·e·s. Il est également possible de douter de l’objectivité, de la neutralité et de la transparence des procédures de qualification, a fortiori en l’absence de jeunes chercheur·se·s-observateur·rice·s au sein des commissions, suivant le principe de recrutement par les pair·e·s, mesure qui permettrait de garantir une certaine transparence à l’égard du corps constitué par les candidat·e·s, auquel elles et ils appartiennent eux-mêmes.
Cependant, si la procédure de qualification est en l’état insatisfaisante, le CNU est la seule instance de régulation au niveau national des recrutements de maître·sse·s de conférences. L’amendement de messieurs les députés Berta, Henriet et Eliaou ne vise en aucun cas à modifier la procédure de qualification pour mettre en place une procédure qui donnerait un caractère davantage national et plus transparent aux recrutements à l’université. Il vise à renforcer plus encore le pouvoir, déjà pourtant très conséquent, des universités dans leurs politiques de recrutement. C’est-à-dire renforcer l’opacité des recrutements de MCF, le localisme, les auditions qui ne trompent personne (sauf les candidat·e·s perdant·e·s) et les recrutements joués d’avance, pratiques honteuses face auxquelles l’ANCMSP a été créée pour s’y opposer fermement il y a 25 ans.
L’ANCMSP appelle ainsi l’ensemble de la communauté universitaire à exprimer son désaccord contre cette disposition qui, bien que présentée comme “expérimentale”, ne fera qu’ajouter aux effets pervers de l’autonomie des universités dans leurs procédures de recrutement, au détriment de l’égalité des candidat·e·s face au concours. Si l’amendement a depuis été retiré à la demande du gouvernement, et suite à la mobilisation de la CP-CNU, Frédérique Vidal dit vouloir ouvrir une “concertation” à ce propos. La disposition est donc bel et bien à l’agenda gouvernemental.
Enfin nous suggérons à Messieurs Berta, Henriet, Eliaou, plutôt que de s’atteler à renforcer l’autonomie des universités et le pouvoir de ses gestionnaires, à s’attaquer aux vrais problèmes qui touchent l’enseignement supérieur : la pénurie de postes de MCF pourtant nécessaires pour assurer les missions d’enseignement ; le sous-encadrement ; la précarité économique et statutaire des jeunes chercheur·se·s, des personnels administratifs et des étudiant·e·s ; et enfin la fermeture de l’accès au service public universitaire à travers la hausse discriminatoire des frais et Parcoursup.
Nous espérons que cette attaque violente vis-à-vis du principe de recrutement par les pair·e·s à l’université sera suivie d’une mobilisation d’ampleur de la part de notre communauté, prenant en compte l’ensemble des attaques que subit le service public universitaire qui nous est cher.

Xavier INGHILTERRA

Enseignant-chercheur à l'Université Paul Valéry - Montpellier 3

More Posts

Colloque “Médias de l’image et du photojournalisme” : l’être, la monstration et le pouvoir de l’image.

« Penser le monde en images, devenir des regards conscients » Depardon, R.

Appel colloque Médias de l’image

En lien avec les actions du Festival Visa pour l’image, le IVe colloque du Centre de Recherche sur les sociétés et environnements méditerranéens (CRESEM) de l’Université de Perpignan et du Centre International de photojournalisme (CIP) a pour objet les médias de l’image et du photojournalisme. Il concerne la médiatisation de l’image et l’image en tant que média informationnel et artistique.
Les médias sont envisagés en tant que moyens et intermédiaires qui permettent aux hommes de s’exprimer et de communiquer. Nous abordons différents types de médias visuels tant imprimés, analogiques que numériques et notamment ceux de la presse. L’intérêt est porté sur l’évolution des discours, des usages et des objectifs des médias de l’information et de la communication, ainsi que sur leurs enjeux actuels (Brin et al., 2014). Plus spécifiquement, il nous semble important d’interroger la place et les écritures de
la photographie documentaire et du photojournalisme dans les médias traditionnels et nouveaux pour être à même de saisir les transformations de ces genres photographiques, mais aussi de faire émerger le potentiel d’innovation de ces différentes formes de médiation. À propos de la critique des médias et du malaise dans l’information (Balle, 2017) un double regard économique et patrimonial est proposé pour cerner les modalités de diffusion des fonds photographiques tant sur le marché international qu’au travers des supports de médiation et d’éducation culturelles.
L’originalité de ce colloque interdisciplinaire est de porter un éclairage sur les pratiques photojournalistiques à partir des théories de l’image dans les champs des médias et du journalisme. À titre de piste heuristique pour appréhender les différentes approches communicationnelles de l’image, nous nous appuyons sur les trois principes définitionnels de l’image selon Marin : l’être de l’image, la monstration de l’image et les pouvoirs de
l’image (1998). Ses travaux d’ordre historique, philosophique et sémiotique, questionnent en effet la conception ontologique des images, leurs différentes formes de représentation à visée mimétique ou transitive, ainsi que les rapports de pouvoir dont elles participent à partir de descriptions analytiques. En ce sens, les deux journées du colloque sont structurées en quatre axes: penser, fabriquer, analyser et exposer l’image.

Notre parti est de réunir des chercheurs, des photographes, des enseignants, des médiateurs et des étudiants pour mieux comprendre les fondements, les mutations, les influences et les défis des médias de l’image et du photojournalisme. Plusieurs formats d’échanges entre les participants, ponctués de discussions avec les auditeurs sont proposés autour de temps forts : conférences, tables-rondes, lectures de portfolio, ateliers professionnels et visites d’expositions du festival in et off de Visa pour l’image.

Mots clés :
Photojournalisme, média, image, éducation aux médias

Cinq axes sont suggérés pour les communications orales, selon des perspectives historiques et /ou contemporaines :
1- Fabrique de l’image et des nouveaux médias ; statut, fonction, circulation et convergence
2- Pouvoir de l’image : monstration et occultation, faire voir et faire agir
3- Perception et appropriation du monde par l’image
4- Éducation au regard : apprendre par l’image et les médias
5- Crises des médias ? L’évolution du photojournalisme : professions, pratiques et avenir

Références :
Balle, F. (2017, 9ème édition). Les médias. Paris : Presses universitaires de France.

Brin, C., Charron, J., & De Bonville, J. (2004). Nature et transformation du journalisme : théorie et recherches empiriques. Québec : Presses Université Laval.

Chermette, M. (2009). « Donner à voir » : la photographie dans le Journal : discours, pratiques, usages (1892-1944). Thèse d’Histoire. Université de Versailles Saint- Quentin en Yvelines.

Haver, G. (Ed.). (2009). Photo de presse : usages et pratique. Lausanne : Antipodes.

Marin, L. (1998). Des pouvoirs de l’image. Paris : Éditions du Seuil.

Pinto, E. (Ed.). (2007). Pour une analyse critique des médias. Le débat public en danger. Bellecombe-en-Bauges : Editions du Croquant.

Rieffel, R., Watine,T. (Eds.). (2002). Les mutations du journalisme en France et au Québec. Paris :
Université Panthéon Assas.

Xavier INGHILTERRA

Enseignant-chercheur à l'Université Paul Valéry - Montpellier 3

More Posts

« Théories et pratiques en communication numérique »

Journée d’étude  « Théories et pratiques en communication numérique : partage d’expériences en SIC »

Programme

Jeudi 4 avril 2019, 14-18h

UFR STGI, Montbéliard

Cette deuxième édition des rencontres ELLIADD-CREM intitulée « Théories et pratiques en communication numérique : partage d’expériences en SIC » propose aux enseignants-chercheurs et doctorants en SIC un moment d’échange et de réflexivité sur les problèmes et enjeux épistémologiques, théoriques et méthodologiques au coeur des recherches en communication numérique.

Elle s’inscrit dans la continuité de la journée d’étude ELLIADD-CREM qui a été organisée le 12 Mars 2015 à l’Université de Franche-Comté (Besançon) sur le thème « Frontières médiatiques et numériques : mutation, circulation, interaction ». Lors de cette journée, la notion de frontières a pu être interrogée en tant qu’interface (interface entre réel et virtuel avec l’analyse du jeu pervasif culturel), barrière (barrière privé/public avec la question de la publicisation de la vie privée sur Facebook), mais encore en tant que frontière médiatique (transformation de l’écosystème médiatique marquée par : la narration transmédia dans les fanfictions, la circulation entre print et web au sujet des Mooks et la dissémination des informations journalistiques via les réseaux socionumériques). Un point de convergence a été relevé au sujet des espaces numériques construits, celui de la culture participative. Et plusieurs questionnements méthodologiques avaient été soulevés tels que l’articulation entre le quantitatif et le qualitatif, la dépendance entre les discours natifs du web et leur dispositif socionumérique, la tension existant entre l’instantanéité des usages numériques et le temps long de la constitution de corpus d’analyse, etc.

Cette deuxième journée d’étude entend entrer de la continuité de 2015 en se focalisant sur ce type de questionnements méthodologiques. Elle vise un réel partage d’expériences à partir de travaux en cours ou passés intégrant la problématique du numérique. Les enseignants-chercheurs et doctorants d’ELLIADD et du CREM sont invités à interroger leur démarche scientifique en explicitant les choix qui ont pu être faits du point de vue des théories, méthodes et pratiques, sur tout type de terrain d’investigation numérique.

Plusieurs approches scientifiques de la communication numérique sont possibles : les recherches qui portent sur l’analyse de traces, de données ou de discours issus directement du contexte numérique, les recherches qui réfléchissent à la mise en oeuvre de méthodes spécifiques permettant d’appréhender les dispositifs numériques ainsi que les recherches utilisant des outils informatiques dans leurs méthodes d’analyse.

Les axes de réflexion suivants seront privilégiés :

    • Pluridisciplinarité et transversalité des compétences des chercheurs
    • Adaptation de méthodes d’analyse de corpus non numériques à l’étude de dispositifs numériques

Choix et croisement des méthodes (analyses de contenu, analyses de discours, analyses de traces numériques, approches ethnologiques : enquêtes, expérimentations à l’aide de groupes témoins, études de la réception, recherche action, etc.)

    • Collecte, nettoyage et classement de données massives
    • Questions éthiques et juridiques de stockage et d’exploitation des données
    • Traitement quantitatif et/ou qualitatif
    • Outils numériques de traitement des données
    • Visualisation des données
    • Prise de recul face aux outils de traitement et de visualisation des données

Références bibliographiques :

APPEL Violaine, BOULANGER Hélène, MASSOU Luc (dir.), 2010, Les dispositifs d’information et de communication : concept, usages et objets, Bruxelles, De Boeck.

BARATS Christine (dir.), 2013, Manuel d’analyse du web en sciences humaines et sociales, Paris, Armand Colin.

CALABRESE Laura (dir.), 2011, « L’Internet, corpus sauvage. Nouvelles ressources, nouveaux problèmes ? », Le Discours et la Langue. Revue de linguistique française et d’analyse du discours, Tome 2.1.

PAVEAU Marie-Anne, 2017, L’Analyse du discours numérique. Dictionnaire des formes et des pratiques, Paris, Hermann.

PLANTIN Jean-Christophe & MONNOYER-SMITH Laurence, 2014, « Ouvrir la boîte à outils de la recherche numérique », tic&société [En ligne], Vol. 7, N° 2 | 2ème semestre 2013, mis en ligne le 01 juin 2014. URL : http://journals.openedition.org/ticetsociete/1527

REBILLARD Franck, 2011, « L’étude des médias est-elle soluble dans l’informatique et la physique ? À propos du recours aux digital methods dans l’analyse de l’information en ligne », Questions de Communication, n° 20, pp. 353-376.

SAEMMER Alexandra, 2015, Rhétorique du texte numérique, Paris, Presses de l’ENSSIB.

SCHAFER Valérie (dir.), 2014, Information et communication scientifique à l’heure du numérique, Paris, CNRS Éditions.

SIMON Justine (dir.), 2016, « Le discours hypertextualisé : problématique de renouvellement des pratiques d’écriture et de lecture », Semen. Revue de sémio-linguistique des textes et discours, n°42, Besançon, Presses Universitaires de Franche-Comté.

SIMON Justine, TOULLEC Bénédicte & BADOUARD Romain, BIGEY Magali, COMPAGNO Dario, MERCIER Arnaud, PIGNARD-CHEYNEL Nathalie, SEBBAH Brigitte, 2017, « L’influence des discours d’accompagnement sur le partage social. Identifier et analyser les discours d’escorte sur Twitter », in

LEDEGEN G. & WIGHAM C. (dir.), Corpus de communication médiée par les réseaux : construction, structuration, analyse, Paris, L’Harmattan, pp. 52-70.

Comité scientifique :

  • Isabelle HURE, ELLIADD
  • Luc MASSOU, CREM
  • Angeliki MONNIER, CREM
  • Ioan ROXIN, ELLIADD
  • Justine SIMON, ELLIADD
  • Federico TAJARIOL, ELLIADD
  • Jacques WALTER, CREM

Xavier INGHILTERRA

Enseignant-chercheur à l'Université Paul Valéry - Montpellier 3

More Posts

Calendrier de l’Avent du domaine public

Qui s’élèvera dans le domaine public en 2018 ?

Depuis 2013, le collectif SavoirsCom1 propose au mois de décembre un Calendrier de l’Avent du Domaine Public.

Après Apollinaire et Zweig en 2013, Camille Claudel, Soutine et Rachmaninov en 2014, Munch et Giraudoux en 2015, Ravel en 2016, H G Wells en 2017, qui en 2018 ?

Toujours le même principe : un.e écrivain.e, un poète.sse, un.e peintre, un.e architecte, un.e cinéaste, un homme ou une femme de science, un.e musicien.ne… dévoilé.e.s chaque jour du mois de décembre sur le site aventdudomainepublic.org. Les fiches sont rédigées par les membres du collectif et, par des contributeurs.trices extérieur.e.s.

Xavier INGHILTERRA

Enseignant-chercheur à l'Université Paul Valéry - Montpellier 3

More Posts

Un nouveau Master Recherche Infocom à Paris Ouest

L’université Paris Ouest Nanterre La Défense propose un Master Recherche en sciences de l’information et de la communication innovant, permettant aux étudiants de mener leur projet de recherche personnel tout en prenant part à l’animation et la production de contenus à travers des travaux pratiques originaux.

Le master recherche est le premier pas vers le doctorat.
Mais ce diplôme permet aussi d’intégrer l’entreprise dans de très bonnes conditions.

Suite au master recherche, la logique veut que l’étudiant prépare une thèse. À savoir trois à quatre années d’études en école doctorale qui se concluront par une soutenance devant jury.

Une fois docteur, plusieurs types de carrières sont possibles. L’enseignement supérieur, mais aussi la recherche publique ou privée, fondamentale ou appliquée, en France et à l’étranger.

D’autres voies sont par ailleurs envisageables vers des entreprises publiques et privées pour occuper des postes d’expertise. Les cabinets de conseil sont aussi intéressés par ces compétences, de même que les grands organismes de recherche publics (CNRS, Inra…) ou privés.

 

Logo-Nanterre-endossement-PHILLIA


Fiche formation du Master Recherche Infocom

Xavier INGHILTERRA

Enseignant-chercheur à l'Université Paul Valéry - Montpellier 3

More Posts

Journée d’études : Usages des dispositifs sociotechniques numériques

Journée d’études : Usages des dispositifs sociotechniques numériques

La journée d’étude sur les usages des dispositifs sociotechniques numériques s’est tenu à Nice – MSHS Saint-Jean d’Angély. Coorganisé par les laboratoire GREDEG, I3M, MSHS Sud-Est et notre labortoire ELLIADD – OUN, cette journée a rassemblé quelques 80 enseignants-chercheurs, doctorants et professionnels sur les concepts d’usages et de DISTIC. 

Les concepts d’usage et de dispositif socio techniques d’information et de communication

  • Jacques Araszkiewiez, MCF, I3M, Université de Nice Sophia Antipolis : «  Vers de nouveaux espaces sémiotiques »
  • Bernard Conein, Professeur, GREDEG-MSHS, Université de Nice Sophia Antipolis et Alexandre Delanoë, Sociologue, Télécom Paris Tech : « Les réseaux socio-numériques comme réseaux d’interaction »
  • Alexandre Coutant, MCF, ELLIADD / OUN, Université de Franche-Comté à Montbéliard : « Les identités numériques : le dispositif contre les usages »
  • Christian Licoppe, Professeur de Sociologie des Technologies d’Information et de communication à Télécom Paris Tech : « Des “smart grids” au “quantified self” : dispositifs réflexifs et gouvernement par les traces »
  • Diane Dufort, Doctorante ELLIADD / OUN, Université de Franche-Comté: « Diversifier les pratiques culturelles par le Jeu persuasif en Réalité Alternée »
  • Discutant : Jean-Claude Domenget, MCF, ELLIADD / OUN, Université de Franche-Comté à Montbéliard

Usages et dispositifs socio techniques d’information et de communication : Etudes de cas

  • Lise Arena, MCF, GREDEG-MSHS, Université de Nice Sophia Antipolis : « Le rôle des artefacts numériques dans la coordination d’une organisation virtuelle : le cas d’une expédition en Antarctique »
  • Michel Durampart, PR, I3M, Université du Sud Toulon Var : « Un retour sur les questions d’usages et de médiations dans le cadre des DISTIC : cadrage des travaux d’I3M autour de la culture numérique »
  • Xavier Inghilterra, Doctorant I3M, Université du Sud Toulon Var : « Le microblogging comme dispositif sociotechnique : usage de Twitter dans la formation à distance »
  • Pascal Maniscalco, Doctorant I3M : « Le problème de la description des DISTIC : hétérogénéité, frontières, flux »
  • Catherine Felix, Doctorante GREDEG-MSHS: « Artefacts et coordinations sociales en milieu médical »
  • Discutant : Valentina Tirloni MCF, I3M, Université de Nice Sophia-Antipolis

Le comité d’organisation est composé de Jean-Claude Domenget (Elliadd), Bernard Conein (GREDEG-MSHS), Alexandre Coutant (Elliadd), Alexandre Eyries (I3M), Nicolas Pélissier (I3M), Paul Rasse (I3M).

Xavier INGHILTERRA

Enseignant-chercheur à l'Université Paul Valéry - Montpellier 3

More Posts

Monitorer son activité sur le web social | Acti

Ce SlideShare est édité par Christophe RAMEL de l’agence ACTI à l’occasion des 8ème rencontres eTourisme institutionnel. Les principaux outils de monitoring du web social y sont particulièrement bien exposés, constituant à ce titre un document de référence :

Xavier INGHILTERRA

Enseignant-chercheur à l'Université Paul Valéry - Montpellier 3

More Posts

Usages des dispositifs sociotechniques numériques

L’ambition générale de ce séminaire est de participer au renouvellement des problématiques en sociologie des usages. Il s’agit de poursuivre l’effort de recherche sur le concept de dispositif sociotechnique d’information et de communication (DISTIC), dans la perspective d’analyse et d’accompagnement des processus d’innovation.

Organisation du séminaire

  • Laboratoire Édition, langages, littératures, informatique, arts, didactique, discours (Elliadd), équipe Objets et usages numériques (OUN), Université de Franche-Comté, Montbéliard
  • Laboratoire Information, milieu, médias, médiation (I3M), Universités de Nice Sophia Antipolis et du Sud Toulon Var
  • Institut des sciences de la communication du CNRS (ISCC)

Responsables du groupe de travail

  • Jean-Claude Domenget, laboratoire Elliadd
  • Alexandre Coutant, laboratoire Elliadd, chercheur associé à l’ISCC
  • Nicolas Pélissier, laboratoire I3M, chercheur associé à l’ISCC
  • Paul Rasse, laboratoire I3M, chercheur associé à l’ISCC

Il prend la forme de quatre rencontres abordant les concepts de sociotechnique, usages et dispositifs :

> Inscriptions auprès de Jean-Claude Domenget et Alexandre Coutant / ELLIADD

ou sur le  Site de l’ISCC

 

Xavier INGHILTERRA

Enseignant-chercheur à l'Université Paul Valéry - Montpellier 3

More Posts