Louis WIART, La Prescription littéraire en réseaux : enquête dans l’univers numérique

Vient de paraître in Question de Communication n° 36 | 2019

“La prescription littéraire en réseaux : enquête dans l’univers numérique” est un essai issu d’une recherche doctorale en sciences de l’information et de la communication réalisée par Louis Wiart en 2015 et dirigée par Bertrand Legendre et Christian Robin (Université Paris13). La recherche s’intéresse aux “réseaux socionumériques de lecteurs”, ces plateformes de prescription littéraire où les usagers attribuent des notes, rédigent des critiques ou interagissent avec d’autres internautes. L’œuvre littéraire n’échappe pas à la propension de l’Internet à donner son avis et recevoir celui des autres. En plaçant le livre au cœur du réseau, ces dispositifs permettent aux communautés de lecteurs d’inscrire les œuvres littéraires dans l’espace public et de leur donner une visibilité en ligne. Cette recherche a pour objet d’appréhender la prescription littéraire dans un contexte historique, technique, social et économique, en soulignant son ancrage dans l’industrie du livre et l’avènement du web sémantique.

Une première partie (pp. 15-54) est consacrée à l’analyse des principales caractéristiques des réseaux socionumériques de lecteurs dont le modèle économique repose sur la captation et l’agrégation de contenus produits par les membres eux-mêmes, sur le principe de la démocratisation des compétences en ligne et du professionnel-amateur [Flichy, 2010]. Au préalable, l’auteur analyse les multiples enjeux de la prescription littéraire et dresse un bilan pluridisciplinaire de la lecture académique. L’étude de ces réseaux socionumériques de lecteurs revêt une problématique d’usage pour laquelle l’auteur interroge les modalités organisationnelles de la prescription, les mutations induites pour accéder à l’information et aux ouvrages et la typologie des publics ainsi que leurs usages respectifs (pp. 10). Pour situer le contexte socio-économique du livre, l’auteur retrace la tradition d’échange et de critique littéraire depuis les salons du XVIIIème siècle jusqu’aux espaces publics de valorisation littéraire et des médias, à l’instar de la presse, la radio et la télévision, qui assurent conjointement la visibilité et l’évaluation des œuvres. À l’évidence, les instances prescriptives professionnelles ne manquent pas dans l’environnement littéraire que l’auteur décrit avec exhaustivité. À l’articulation de celui-ci, ”Internet peut-être employé comme un dispositif de jugement qui vient s’ajouter à ceux qui existent déjà” [Karpik, 2007]. Le réseau des réseaux s’est illustré à de nombreuses reprises comme étant le creuset d’échanges, d’informations et de critiques (pp. 11) qui se sont développés dans le sillage du Web collaboratif en procurant aux usagers un espace de communication horizontale. C’est la notion de “lecture sociale”, ou social reading théorisée par Stein (2010), selon laquelle la mise en réseau du livre s’accompagne d’un accroissement de sa dimension sociale (pp. 20). À partir d’une revue de la littérature, l’auteur s’emploie à circonscrire les différentes acceptions de la prescription (pp. 30) selon Hatchuel (1995), Karpik (2007) et Painbeni (2010) en mettant en exergue un phénomène déjà analysé dans le contexte des industries culturelles : la fonction d’intermédiation numérique (pp. 38). Cet essai met en tension la décentralisation de la prescription réticulaire d’une part et les prescripteurs institutionnels d’autre part à l’instar des librairies, bibliothèques, festivals et salons du livre… et des médias à l’origine d’une longue tradition d’échange et de critique littéraire.

La seconde partie de cet essai (pp. 73-122) retrace succinctement mais judicieusement le fonctionnement des réseaux socionumériques selon une approche historiographique, s’agissant d’appréhender des formes de sociabilité à travers les premières manifestations communautaires de réflexion et d’activités littéraires. Selon l’auteur, il existerait deux sources de prolifération des réseaux socionumériques de lecteurs : les médias sociaux, fortement plébiscités par la nouvelle culture d’amateurs que constitue le web de recommandation [Auray, 2010], et l’industrie du livre confrontée à une remise en question économique et structurelle à l’instar de la baisse des prix, de la désintermédiation, de la re création de valeur et des nouveaux modèles constitués par les pure players (pp. 82). Au tournant des années 2008, des communautés de lecteurs ont pu simultanément commenter, discuter et interagir en marge d’un livre ; ceux-ci peuvent à présent rendre public ces interventions et réagir à celles des autres lecteurs à partir de logiciels ou d’appareils de lectures spécifiques [Jahjah, 2012]. En 2011, point d’inflexion du phénomène, les premières controverses dénoncent la socialisation excessive des textes et l’effet perturbateur de la visualisation des annotations ou surlignements effectués par les usagers et du danger de publicisation de la vie privée [ibid.] (pp. 85). Les effets de décentralisation sur la visibilité et la consommation des œuvres littéraires sont également étudiés par l’auteur (pp. 103), qui s’intéresse in fine aux conditions dans lesquelles l’offre de prescription se déploie au sein des plateformes dédiées et des pure players. Si cette prescription endosse trois formes distinctes (sociale, éditoriale ou algorithmique), elle implique toujours un modèle basé sur l’apport de connaissance et des mécanismes de confiance, condition sine qua non de la relation entre pairs. Ainsi, la prescription de l’action s’accompagne d’une prescription de la consommation (pp. 121). Son modèle économique, axé sur la monétisation de l’audience, repose généralement sur un compte premium où un nombre restreint de clients se voient offrir un service de base financé par la publicité (pp. 133). En abordant le marché de l’interface logistique, l’auteur met à jour une situation paradoxale : tous les réseaux socionumériques de lecteurs renvoient les internautes vers les mêmes cybermarchands affiliés (pp. 137) confortant également la place des géants de l’e-commerce sur le secteur de la librairie en ligne. La logique marchande bénéficie du soutien de la communauté de fans et du travail réalisé gratuitement pour alimenter la dynamique commerciale. Ainsi, pour les pure players engagés dans la course à la prescription, l’affrontement concurrentiel livré sur l’hôtel de l’audience permet d’occuper une position centrale pour accroître leurs activités et leurs ressources. L’auteur rappelle que ces structures étaient associatives et employaient des bénévoles avant d’avoir les statuts juridiques permettant une professionnalisation de leur activité de pure players (pp. 166). On peut toutefois regretter qu’il n’ait pas souligné le rôle capital joué par les communautés de fans dans la production de contenus ou le processus de crowdsourcing, tout aussi salutaire ; force est de constater aujourd’hui les effets insidieux du digital labor, ce que d’aucuns qualifient de capitalisme cognitif. À contrario, l’auteur se montre à tout le moins complaisant s’agissant de décrire l’harmonie qui règne au sein d’un réseau de lecteurs, lequel serait même doté d’une autorégulation vertueuse (pp. 185). L’évocation béate de dispositifs sociotechniques hébergeant des communautés autorégulées n’a plus cours aujourd’hui compte tenu des études contradictoires menées dans ce champ et des précédents relatifs aux “pionniers de l’Internet” dans la sphère journalistique.

La dernière partie (pp. 199-256) expose le parti pris méthodologique de cette recherche, s’agissant de considérer les réseaux de lecteurs à la fois sous l’angle de l’offre et de la demande de prescription. L’auteur réalise une étude de cas ayant pour objectif de comparer la visibilité des titres sur Babelio, l’un des principaux réseaux socionumériques de lecteurs, et sur les médias traditionnels. Les phénomènes de démocratisation et de concentration de la visibilité mis en exergue favoriseraient une polarisation de l’attention des usagers entre le star-system et les biens de niche (pp. 257). L’auteur veut ainsi vérifier s’il est possible d’observer ce type de phénomènes sur les réseaux socionumériques de lecteurs dont l’architecture technique présente la particularité de s’articuler autour de l’enjeu de la prescription, en envisageant les effets que les avis de lecteurs en ligne peuvent exercer sur la visibilité des œuvres et sur le marché du livre.

L’auteur démontre le paradoxe des réseaux socionumériques de lecteurs : si les critiques publiées concernent principalement les best-sellers, ces sites constituent aussi des opportunités pour des ouvrages de niche dont les barrières d’entrée sont moins élevées que sur le marché prescripteur traditionnel, ce qui a tendance à favoriser la diversité de l’offre littéraire.

Tout au long de cet essai, l’auteur analyse avec exhaustivité les réseaux socionumériques de lecteurs, environnement qui constitue son corpus de thèse. De fait, l’analyse est rigoureuse et ponctuée de cas concrets fort bien documentés. En contrepartie de cette expertise, on pourrait percevoir un manque de distanciation l’objet d’étude s’apparentant à une forme de déterminisme là où il conviendrait d’être plus critique. C’est le cas notamment des communautés de lecteurs défini comme un système qui “s’autorégule presque naturellement” (pp. 185) ou de la “lecture sociale” qui fait aussi l’apanage de gros projets commerciaux en amont de l’usager (pp. 17).

Xavier Inghilterra, « Louis WIART, La Prescription littéraire en réseaux : enquête dans l’univers numérique », Questions de communication [En ligne], 36| 2019 http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/21601

Xavier INGHILTERRA

Enseignant-chercheur à l'Université Paul Valéry - Montpellier 3

More Posts

Un kangourou adulte entre nous, SVP. Comment mesurer la distance sociale ?

a publié le 18 avril dernier cet excellent billet relatifs aux variations iconographiques et mètres étalons de la distanciation sociale utilisés actuellement en ligne. Un tour du monde iconographique à visiter sur son carnet de recherches.

L’épidémie de Covid-19 produit beaucoup de signes nouveaux, discours, images, textimages, plus ou moins agréables, plus ou moins drôles, plus ou moins décents, plus ou moins utiles. Une abondante iconographie s’est vite développée en ligne, attendue ou inventive. Attendues, mais parfois surprenantes et inventives, les photos de profil masquées, pas très nombreuses

Marie-Anne Paveau, 18/04/2020, « Un kangourou adulte entre nous, SVP. Comment mesurer la distance sociale ?, » in La pensée du discours [carnet de recherche], https://penseedudiscours.hypotheses.org/18608

Xavier INGHILTERRA

Enseignant-chercheur à l'Université Paul Valéry - Montpellier 3

More Posts

Quand l’innovation ouverte providentielle pallie l’Etat défaillant.

L’article de Loïc Plé « Sauver des vies avec des masques Decathlon : le pouvoir de l’innovation frugale » paru dans The Conversation met en perspective une phénoménologie singulière : l’innovation « frugale ». Elle consiste à détourner l’usage initial d’un produit en lui substituant un composant fabriqué en impression 3D. De fait, c’est un produit hybride composé principalement de pièces fabriquées en très grandes séries et d’un ou plusieurs éléments réalisés à l’unité.

Une innovation est dite frugale lorsque son processus d’innovation et de production induit une économie significative dans l’utilisation de ressources rares. En d’autres termes : faire plus et/ou mieux pour satisfaire un usage donné, mais avec moins de ressources (financières, matérielles, énergétiques, etc.). Cela explique que, le plus souvent, les innovations frugales reposent plus sur de la « low-tech » que sur de la haute technologie, puisque la maîtrise des coûts en est une dimension essentielle. 

C’est souvent le cas dans le médical, comme ici avec le masque EasyBreath, où il est question de réaliser des pièces uniques adaptées à la morphologie humaine telles que des prothèses, valves … et qui sont par conséquent fabriquées à l’unité. Or, la grande distribution et la commercialisation de masse nous ont habitué à produire en très grandes séries ce qui exclue toute personnalisation potentielle de produits. Si les questions écologiques nous amènent régulièrement à remettre en question nos modèles économiques et industriels,  il aura fallu se confronter à la crise sanitaire du Covid-19 pour le rejeter massivement et se tourner vers les modes de production alternatifs des makers. A travers la fabrication de masques de protection, l’adaptation de la « valve charlotte » pour le EasyBreath Decathlon, l’innovation horizontale – ou innovation ouverte – se substitue à la production centralisée de masse …

L’innovation ouverte correspond à la combinaison de connaissances en provenance d’une entreprise et de connaissances qui lui sont extérieures (créées ou mobilisées par d’autres acteurs que l’entreprise ou ses employés). Une innovation ouverte résulte donc d’un processus collaboratif entre différents acteurs.

La création de valves adaptées au masque Decathlon et au matériel médical est une bel exemple d’innovation ouverte et collaborative. Marco Bertorello / AFP

Xavier INGHILTERRA

Enseignant-chercheur à l'Université Paul Valéry - Montpellier 3

More Posts

Le miracle et le monstre : un regard sociologique sur le Coronavirus par Harmut Rosa

Hartmut Rosa vient de publier un article sur le ralentissement produit à l’échelle du monde par la crise du COVID-19. Pour le théoricien de la critique sociale du temps de l’école de Francfort, la pandémie que nous vivons actuellement est une occasion donnée pour réfléchir de façon constructive aux effets pernicieux de l’accélération temporelle et aux moyens potentiels de ralentir la cadence infernale.

Ce que je veux dire ici, c’est que c’est en fait la même force culturelle qui a fait tourner les moteurs d’accélération et qui, à présent, freine et force le système à s’arrêter. Cette force culturelle, c’est le désir de contrôle et de domination.

Le miracle et le monstre – un regard sociologique sur le Coronavirus _ AOC media – Analyse Opinion Critique

Xavier INGHILTERRA

Enseignant-chercheur à l'Université Paul Valéry - Montpellier 3

More Posts

Reprise des cours en Septembre à l’Université de Nantes

Les 37 000 étudiants passeront à distance tous les examens des connaissances, dont les modalités restent à définir.

Face au casse-tête de l’organisation des examens, l’université de Nantes a tranché : c’est à distance qu’auront lieu les partiels de ses 37 000 étudiants et l’établissement ne prévoit plus aucun cours en présentiel avant septembre. « Au vu des incertitudes sur la durée de confinement et sur les modalités de déconfinement, nous devons prendre nos responsabilités dans l’intérêt de nos étudiants », indique son président, Olivier Laboux.

Par  in Le Monde

Xavier INGHILTERRA

Enseignant-chercheur à l'Université Paul Valéry - Montpellier 3

More Posts

Séminaire NumeRev : Ce que le numérique fait aux livres

Ce que le numérique fait aux livres

Résumé : En revenant sur le développement du numérique dans la filière du livre, Bertrand Legendre examine ses implications en fonction des catégories éditoriales. Ce faisant, il s’applique à inscrire ses analyses dans la longue durée et met au jour les continuités ou évolutions qui marquent des notions et des pratiques telles que l’autoédition et la légitimation. Loin des discours sur « la mort du livre » et sa « révolution numérique », il dresse un bilan nuancé des mutations en cours, précisant selon la nature de la production éditoriale, la place que le numérique y prend entre processus de production et dispositifs promotionnels, entre GAFAM et rematérialisation. Glissement d’une économie de biens vers une économie de services, injonction numérique, redistribution des rôles, répartition de la valeur, diversité, nouveaux rapports de forces entre l’édition et les autres industries culturelles, toutes ces sujets permettent de prendre la mesure du phénomène et de ses ambivalences.

Bertrand Legendre est professeur en sciences de l’information et de la communication à l’université Paris 13. Responsable du Master Politiques éditoriales, il dirige le LabSIC et le laboratoire d’excellence ICCA (industries culturelles et création artistique). Son dernier ouvrage est disponible aux PUG.

Séminaire le 24 octobre 2019 14:00
Lieu : MSH Sud, 71 Rue du professeur Henri Serre, Montpellier

contact@numerev.com

https://numerev.com

Xavier INGHILTERRA

Enseignant-chercheur à l'Université Paul Valéry - Montpellier 3

More Posts

12ème Colloque international d’ISKO-France : Données et mégadonnées ouvertes en SHS : de nouveaux enjeux pour l’état et l’organisation des connaissances ?

12ème Colloque international d’ISKO-France

Données et mégadonnées ouvertes en SHS : de nouveaux enjeux pour l’état et l’organisation des connaissances ?

Organisé conjointement par le Chapitre Français de l’ISKO et l’équipe de recherche Lerass-Ceric de l’Université Paul-Valéry, Montpellier 3.

Lieu du Colloque : Université Paul-Valéry, Montpellier 3

Dates : 9-11 octobre 2019

Le chapitre français de l’ISKO a comme préoccupation majeure depuis sa création en 1996 la question de l’organisation des connaissances. Cette thématique a été traitée sous l’angle des structures d’organisation, des outils techniques de médiation mais aussi des formes et processus de partage des connaissances. Le douzième colloque d’ISKO-France abordera l’organisation, la classification et la gestion des connaissances en choisissant, comme point d’entrée, les données massives.

> Programme 

L’explosion des données a provoqué ce que certains considèrent comme de véritables mines d’or. Les données, lorsqu’elles sont traitées et organisées, permettent effectivement d’évaluer des ensembles d’activités humaines présentes sur le web. Depuis l’avènement du web social, les traces numériques “forment [en effet] une ‘matière première’ particulièrement profitable […][1]. Les réflexions liées à l’ouverture, la communication, l’appropriation et la ré-exploitation de ces données sont des questionnements transversaux pour l’ensemble des acteurs socio-économiques concernés. Par ailleurs, aucun secteur d’activité n’échappe à cette effervescence. Les mégadonnées sont ainsi considérées comme des vecteurs d’une nouvelle révolution numérique qui impacte le développement socio-économique et politique de la société actuelle : la santé, le transport, l’énergie, l’innovation et le marketing, ou encore les politiques publiques par exemple. De nouvelles méthodes d’analyse et outils sont mobilisés pour exploiter ces données, l’équilibre entre “entre innovation et précaution[2] étant fragile, entrainant avec eux un certain nombre d’interrogations et d’enjeux, notamment éthiques.

Les mégadonnées sont aujourd’hui une préoccupation centrale du monde de la recherche, en témoigne l’édition scientifique récente, les ouvrages, revues et colloques étant légion sur le sujet. Il devient ainsi difficile d’échapper au phénomène data quels que soient les thématiques ou objets de recherche, car il affecte directement les pratiques des chercheurs. Les injonctions se multiplient pour l’ensemble des acteurs des sciences, qui doivent prendre en compte toutes les étapes du cycle de vie des données, depuis leur création ou leur collecte, leur traitement, leur conservation, jusqu’à leur exploitation. La mise en œuvre de plans de gestion des données est devenue indispensable pour espérer obtenir un financement, en raison notamment de l’incitation à ouvrir les données de la recherche. Les problématiques liées à ces dernières sont donc multiples et complexes.

Néanmoins, la collecte des données, leur traitement comme leur diffusion fournissent des terrains d’étude et de réflexion tout à fait fructueux pour les chercheurs, particulièrement en sciences de l’information et de la communication. En effet, des questions de plusieurs ordres sont soulevées qui pourront être l’occasion de communications et débats dans le cadre du douzième colloque d’ISKO-France. Le comité scientifique invite donc à proposer des contributions originales sur les données et mégadonnées en SHS : des propositions exposant des études de terrain ainsi que des réflexions plus larges sur les enjeux des données massives dans des contextes spécifiques (réflexions théoriques, études de cas ou retours d’expériences) en lien, notamment, avec les aspects suivants :

  • Des approches épistémologiques, philosophiques et terminologiques sur les données massives et notamment sur la manière dont elles font évoluer le champ de l’information-documentation et ré-interroge les concepts fondamentaux. L’on peut notamment se demander si les données massives permettent de réinterroger les notions d’information, de données et de connaissances, ou si, à l’inverse, une perspective historique, prenant appui sur les auteurs fondateurs du champ de l’information-documentation, apporte un éclairage particulier sur les données massives et leur traitement.
  • L’éthique et le cadre juridique relatifs au recueil et à la manipulation de données. Si, techniquement, il est possible de collecter rapidement et massivement des données, notamment sur internet, le cadre éthique et légal du recueil de ses données massives demeure encore flou concernant le périmètre de la collecte, la nécessité d’anonymisation ou encore la protection des données.
  • Les outils et méthodes de traitement, d’analyse des données et de diffusion des résultats. Le changement d’échelle qu’implique l’analyse des données massives interroge les outils et méthodes de traitement. Analyser des corpus volumineux nécessite le choix d’outils et de méthodes automatisés dont sont, le plus souvent, peu familiers les chercheurs en SHS. Ces outils, s’ils simplifient le traitement des données ne permettent pas toujours de prendre en compte la finesse des analyses attendues en sciences humaines et sociales. Les procédures et systèmes de classification et d’organisation des connaissances seraient alors amenés à évoluer sous l’influence de la massification des données. Les outils de diffusion des résultats suscitent également des interrogations. Il en est ainsi, par exemple de la data visualisation, en vogue actuellement pour présenter les résultats des analyses de données. Cette représentation visuelle, qui a l’avantage de mettre en lumière des tendances massives, tend cependant à transformer “de vastes corpus de données complexes en une information synthétique et simple” simplifiant ainsi les résultats de l’analyse.
  • L’enjeu social et économique des données au prisme notamment des usages qui en sont faits. Pour le secteur marchand, l’exploitation des mégadonnées présente un intérêt commercial alors que pour les pouvoirs publics, elle résulte d’une volonté politique de rapprochement du citoyen et des institutions ou peut être entendue comme un outil de pilotage qui permet d’infléchir les politiques publiques. Le chercheur peut alors s’interroger sur les usages qui sont faits des données massives, sur l’articulation entre la place des institutions publiques et le rôle d’entreprises privées dans la production, le partage ou l’appropriation des données, ou encore sur le difficile équilibre à trouver entre ouverture des données publiques et protection de la vie privée. Par ailleurs, l’on pourrait on pourrait analyser les nouvelles approches notamment sur le plan des implications sociales et socio-économiques. L’on pourra se demander si le principe ou le prisme d’économie de la qualité peut offrir des points d’appui et des notions intéressant la valeur de la quantité, et si la distinction opérante en SHS entre quantité et qualité se voit réinterrogée et sous quelles formes à propos des big data.
  • La diffusion et la médiatisation des données pourront être interrogées sous l’angle des dispositifs de publicisation des sciences et des données scientifiques sur le web. Ce pourra être également l’occasion de s’intéresser aux enjeux info-communicationnels dans les espaces publics, économiques et scientifiques.
  • Les rapports entre big data et productions symboliques et, sur le versant scientifique, les les interrogations et orientations en lien avec les industries créatives. Entre connaissance fine des mouvements du marché de l’art et facteur d’influence de ces mêmes mouvements, ce que permettent les données massives témoigne de conditions nouvelles dans l’appréciation, voire la régulation, de la valeur. Quelles configurations se construisent dans ces secteurs ? Par ailleurs, repères, témoins ou agents des pratiques, les données sont également sollicitées dans la recherche sur l’art actuel et l’histoire de l’art contemporain, apportant des matériaux à collecter, trier, analyser.

Xavier INGHILTERRA

Enseignant-chercheur à l'Université Paul Valéry - Montpellier 3

More Posts

Séminaire de rentrée avec Olivier Galibert : Le modèle normatif de la communauté virtuelle à l’épreuve de son instrumentalisation.

Séminaire de rentrée avec Olivier Galibert :

Le modèle normatif de la communauté virtuelle à l’épreuve de son instrumentalisation.

Lieu : salle des Masters au département Info-com Toulouse, 115 Route de Narbonne – 31077 TOULOUSE. Département Info-com, 1er étage à gauche. Il sera partagé en visioconférence à Montpellier (salle de recherche E201).

Olivier Galibert, Professeur en Sciences de l’Information et de la Communication, enseigne à l’IUT de Dijon-Auxerre. Il est directeur adjoint du laboratoire CIMEOS (EA 4177) et co-responsable de l’axe « Santé-Savoirs-Innovation » de cette même équipe de recherche en SIC. Vous trouverez, en pièce jointe, le résumé de son intervention.

Ses axes de recherche portent sur :

      •  l’ interrogation du lien communautaire dans la médiation des savoirs en ligne ;
      • l’analyse des processus de socialisation électronique sur internet et dans les intranets ;
      • l’étude des communications organisationnelles et des usages des TIC dans l’organisation.

Ses travaux interrogent aujourd’hui les enjeux du community management en lien avec les phénomènes sociaux suivants :

– la transition socio-écologique

– l’éducation et la formation continue

– la santé.

Xavier INGHILTERRA

Enseignant-chercheur à l'Université Paul Valéry - Montpellier 3

More Posts

Mise à l’agenda de la suppression de la qualification • ANCMSP

Publié le MERCREDI 22 MAI 2019  par l’ANCMSP :
Le 9 mai dernier, messieurs les députés Berta (MODEM), Henriet (LREM), Eliaou (LREM) ont déposé un amendement, dans le cadre de l’étude du projet de loi de « Transformation de la fonction publique » visant à « permettre aux universités de déroger à la procédure de qualification pour recruter directement leurs enseignants-chercheurs ».
La procédure de qualification est critiquable à de très nombreux égards : en l’état, elle participe à une dévalorisation du doctorat, en jugeant du caractère suffisamment scientifique ou non d’une recherche doctorale en vue de l’employabilité du-de la docteur·e comme maître·sse de conférences, mettant ainsi à mal l’unicité de la valeur du diplôme. En théorie, juger de la qualité d’un doctorat devrait revenir aux écoles doctorales et au jury de soutenance (c’est-à-dire les employeurs), et non pas au CNU. Une thèse soutenue devrait être un critère suffisant d’employabilité sur les marchés du travail académique. Dans un contexte de pénurie de postes, le filtre de la qualification participe d’une invisibilisation de l’état de tension des marchés du travail académique, et dévalorise la recherche doctorale d’un nombre considérable de docteur·e·s non qualifié·e·s. Il est également possible de douter de l’objectivité, de la neutralité et de la transparence des procédures de qualification, a fortiori en l’absence de jeunes chercheur·se·s-observateur·rice·s au sein des commissions, suivant le principe de recrutement par les pair·e·s, mesure qui permettrait de garantir une certaine transparence à l’égard du corps constitué par les candidat·e·s, auquel elles et ils appartiennent eux-mêmes.
Cependant, si la procédure de qualification est en l’état insatisfaisante, le CNU est la seule instance de régulation au niveau national des recrutements de maître·sse·s de conférences. L’amendement de messieurs les députés Berta, Henriet et Eliaou ne vise en aucun cas à modifier la procédure de qualification pour mettre en place une procédure qui donnerait un caractère davantage national et plus transparent aux recrutements à l’université. Il vise à renforcer plus encore le pouvoir, déjà pourtant très conséquent, des universités dans leurs politiques de recrutement. C’est-à-dire renforcer l’opacité des recrutements de MCF, le localisme, les auditions qui ne trompent personne (sauf les candidat·e·s perdant·e·s) et les recrutements joués d’avance, pratiques honteuses face auxquelles l’ANCMSP a été créée pour s’y opposer fermement il y a 25 ans.
L’ANCMSP appelle ainsi l’ensemble de la communauté universitaire à exprimer son désaccord contre cette disposition qui, bien que présentée comme « expérimentale », ne fera qu’ajouter aux effets pervers de l’autonomie des universités dans leurs procédures de recrutement, au détriment de l’égalité des candidat·e·s face au concours. Si l’amendement a depuis été retiré à la demande du gouvernement, et suite à la mobilisation de la CP-CNU, Frédérique Vidal dit vouloir ouvrir une “concertation” à ce propos. La disposition est donc bel et bien à l’agenda gouvernemental.
Enfin nous suggérons à Messieurs Berta, Henriet, Eliaou, plutôt que de s’atteler à renforcer l’autonomie des universités et le pouvoir de ses gestionnaires, à s’attaquer aux vrais problèmes qui touchent l’enseignement supérieur : la pénurie de postes de MCF pourtant nécessaires pour assurer les missions d’enseignement ; le sous-encadrement ; la précarité économique et statutaire des jeunes chercheur·se·s, des personnels administratifs et des étudiant·e·s ; et enfin la fermeture de l’accès au service public universitaire à travers la hausse discriminatoire des frais et Parcoursup.
Nous espérons que cette attaque violente vis-à-vis du principe de recrutement par les pair·e·s à l’université sera suivie d’une mobilisation d’ampleur de la part de notre communauté, prenant en compte l’ensemble des attaques que subit le service public universitaire qui nous est cher.

Xavier INGHILTERRA

Enseignant-chercheur à l'Université Paul Valéry - Montpellier 3

More Posts

Colloque « Médias de l’image et du photojournalisme » : l’être, la monstration et le pouvoir de l’image.

« Penser le monde en images, devenir des regards conscients » Depardon, R.

Appel colloque Médias de l’image

En lien avec les actions du Festival Visa pour l’image, le IVe colloque du Centre de Recherche sur les sociétés et environnements méditerranéens (CRESEM) de l’Université de Perpignan et du Centre International de photojournalisme (CIP) a pour objet les médias de l’image et du photojournalisme. Il concerne la médiatisation de l’image et l’image en tant que média informationnel et artistique.
Les médias sont envisagés en tant que moyens et intermédiaires qui permettent aux hommes de s’exprimer et de communiquer. Nous abordons différents types de médias visuels tant imprimés, analogiques que numériques et notamment ceux de la presse. L’intérêt est porté sur l’évolution des discours, des usages et des objectifs des médias de l’information et de la communication, ainsi que sur leurs enjeux actuels (Brin et al., 2014). Plus spécifiquement, il nous semble important d’interroger la place et les écritures de
la photographie documentaire et du photojournalisme dans les médias traditionnels et nouveaux pour être à même de saisir les transformations de ces genres photographiques, mais aussi de faire émerger le potentiel d’innovation de ces différentes formes de médiation. À propos de la critique des médias et du malaise dans l’information (Balle, 2017) un double regard économique et patrimonial est proposé pour cerner les modalités de diffusion des fonds photographiques tant sur le marché international qu’au travers des supports de médiation et d’éducation culturelles.
L’originalité de ce colloque interdisciplinaire est de porter un éclairage sur les pratiques photojournalistiques à partir des théories de l’image dans les champs des médias et du journalisme. À titre de piste heuristique pour appréhender les différentes approches communicationnelles de l’image, nous nous appuyons sur les trois principes définitionnels de l’image selon Marin : l’être de l’image, la monstration de l’image et les pouvoirs de
l’image (1998). Ses travaux d’ordre historique, philosophique et sémiotique, questionnent en effet la conception ontologique des images, leurs différentes formes de représentation à visée mimétique ou transitive, ainsi que les rapports de pouvoir dont elles participent à partir de descriptions analytiques. En ce sens, les deux journées du colloque sont structurées en quatre axes: penser, fabriquer, analyser et exposer l’image.

Notre parti est de réunir des chercheurs, des photographes, des enseignants, des médiateurs et des étudiants pour mieux comprendre les fondements, les mutations, les influences et les défis des médias de l’image et du photojournalisme. Plusieurs formats d’échanges entre les participants, ponctués de discussions avec les auditeurs sont proposés autour de temps forts : conférences, tables-rondes, lectures de portfolio, ateliers professionnels et visites d’expositions du festival in et off de Visa pour l’image.

Mots clés :
Photojournalisme, média, image, éducation aux médias

Cinq axes sont suggérés pour les communications orales, selon des perspectives historiques et /ou contemporaines :
1- Fabrique de l’image et des nouveaux médias ; statut, fonction, circulation et convergence
2- Pouvoir de l’image : monstration et occultation, faire voir et faire agir
3- Perception et appropriation du monde par l’image
4- Éducation au regard : apprendre par l’image et les médias
5- Crises des médias ? L’évolution du photojournalisme : professions, pratiques et avenir

Références :
Balle, F. (2017, 9ème édition). Les médias. Paris : Presses universitaires de France.

Brin, C., Charron, J., & De Bonville, J. (2004). Nature et transformation du journalisme : théorie et recherches empiriques. Québec : Presses Université Laval.

Chermette, M. (2009). « Donner à voir » : la photographie dans le Journal : discours, pratiques, usages (1892-1944). Thèse d’Histoire. Université de Versailles Saint- Quentin en Yvelines.

Haver, G. (Ed.). (2009). Photo de presse : usages et pratique. Lausanne : Antipodes.

Marin, L. (1998). Des pouvoirs de l’image. Paris : Éditions du Seuil.

Pinto, E. (Ed.). (2007). Pour une analyse critique des médias. Le débat public en danger. Bellecombe-en-Bauges : Editions du Croquant.

Rieffel, R., Watine,T. (Eds.). (2002). Les mutations du journalisme en France et au Québec. Paris :
Université Panthéon Assas.

Xavier INGHILTERRA

Enseignant-chercheur à l'Université Paul Valéry - Montpellier 3

More Posts

« Théories et pratiques en communication numérique »

Journée d’étude  « Théories et pratiques en communication numérique : partage d’expériences en SIC »

Programme

Jeudi 4 avril 2019, 14-18h

UFR STGI, Montbéliard

Cette deuxième édition des rencontres ELLIADD-CREM intitulée « Théories et pratiques en communication numérique : partage d’expériences en SIC » propose aux enseignants-chercheurs et doctorants en SIC un moment d’échange et de réflexivité sur les problèmes et enjeux épistémologiques, théoriques et méthodologiques au coeur des recherches en communication numérique.

Elle s’inscrit dans la continuité de la journée d’étude ELLIADD-CREM qui a été organisée le 12 Mars 2015 à l’Université de Franche-Comté (Besançon) sur le thème « Frontières médiatiques et numériques : mutation, circulation, interaction ». Lors de cette journée, la notion de frontières a pu être interrogée en tant qu’interface (interface entre réel et virtuel avec l’analyse du jeu pervasif culturel), barrière (barrière privé/public avec la question de la publicisation de la vie privée sur Facebook), mais encore en tant que frontière médiatique (transformation de l’écosystème médiatique marquée par : la narration transmédia dans les fanfictions, la circulation entre print et web au sujet des Mooks et la dissémination des informations journalistiques via les réseaux socionumériques). Un point de convergence a été relevé au sujet des espaces numériques construits, celui de la culture participative. Et plusieurs questionnements méthodologiques avaient été soulevés tels que l’articulation entre le quantitatif et le qualitatif, la dépendance entre les discours natifs du web et leur dispositif socionumérique, la tension existant entre l’instantanéité des usages numériques et le temps long de la constitution de corpus d’analyse, etc.

Cette deuxième journée d’étude entend entrer de la continuité de 2015 en se focalisant sur ce type de questionnements méthodologiques. Elle vise un réel partage d’expériences à partir de travaux en cours ou passés intégrant la problématique du numérique. Les enseignants-chercheurs et doctorants d’ELLIADD et du CREM sont invités à interroger leur démarche scientifique en explicitant les choix qui ont pu être faits du point de vue des théories, méthodes et pratiques, sur tout type de terrain d’investigation numérique.

Plusieurs approches scientifiques de la communication numérique sont possibles : les recherches qui portent sur l’analyse de traces, de données ou de discours issus directement du contexte numérique, les recherches qui réfléchissent à la mise en oeuvre de méthodes spécifiques permettant d’appréhender les dispositifs numériques ainsi que les recherches utilisant des outils informatiques dans leurs méthodes d’analyse.

Les axes de réflexion suivants seront privilégiés :

    • Pluridisciplinarité et transversalité des compétences des chercheurs
    • Adaptation de méthodes d’analyse de corpus non numériques à l’étude de dispositifs numériques

Choix et croisement des méthodes (analyses de contenu, analyses de discours, analyses de traces numériques, approches ethnologiques : enquêtes, expérimentations à l’aide de groupes témoins, études de la réception, recherche action, etc.)

    • Collecte, nettoyage et classement de données massives
    • Questions éthiques et juridiques de stockage et d’exploitation des données
    • Traitement quantitatif et/ou qualitatif
    • Outils numériques de traitement des données
    • Visualisation des données
    • Prise de recul face aux outils de traitement et de visualisation des données

Références bibliographiques :

APPEL Violaine, BOULANGER Hélène, MASSOU Luc (dir.), 2010, Les dispositifs d’information et de communication : concept, usages et objets, Bruxelles, De Boeck.

BARATS Christine (dir.), 2013, Manuel d’analyse du web en sciences humaines et sociales, Paris, Armand Colin.

CALABRESE Laura (dir.), 2011, « L’Internet, corpus sauvage. Nouvelles ressources, nouveaux problèmes ? », Le Discours et la Langue. Revue de linguistique française et d’analyse du discours, Tome 2.1.

PAVEAU Marie-Anne, 2017, L’Analyse du discours numérique. Dictionnaire des formes et des pratiques, Paris, Hermann.

PLANTIN Jean-Christophe & MONNOYER-SMITH Laurence, 2014, « Ouvrir la boîte à outils de la recherche numérique », tic&société [En ligne], Vol. 7, N° 2 | 2ème semestre 2013, mis en ligne le 01 juin 2014. URL : http://journals.openedition.org/ticetsociete/1527

REBILLARD Franck, 2011, « L’étude des médias est-elle soluble dans l’informatique et la physique ? À propos du recours aux digital methods dans l’analyse de l’information en ligne », Questions de Communication, n° 20, pp. 353-376.

SAEMMER Alexandra, 2015, Rhétorique du texte numérique, Paris, Presses de l’ENSSIB.

SCHAFER Valérie (dir.), 2014, Information et communication scientifique à l’heure du numérique, Paris, CNRS Éditions.

SIMON Justine (dir.), 2016, « Le discours hypertextualisé : problématique de renouvellement des pratiques d’écriture et de lecture », Semen. Revue de sémio-linguistique des textes et discours, n°42, Besançon, Presses Universitaires de Franche-Comté.

SIMON Justine, TOULLEC Bénédicte & BADOUARD Romain, BIGEY Magali, COMPAGNO Dario, MERCIER Arnaud, PIGNARD-CHEYNEL Nathalie, SEBBAH Brigitte, 2017, « L’influence des discours d’accompagnement sur le partage social. Identifier et analyser les discours d’escorte sur Twitter », in

LEDEGEN G. & WIGHAM C. (dir.), Corpus de communication médiée par les réseaux : construction, structuration, analyse, Paris, L’Harmattan, pp. 52-70.

Comité scientifique :

  • Isabelle HURE, ELLIADD
  • Luc MASSOU, CREM
  • Angeliki MONNIER, CREM
  • Ioan ROXIN, ELLIADD
  • Justine SIMON, ELLIADD
  • Federico TAJARIOL, ELLIADD
  • Jacques WALTER, CREM

Xavier INGHILTERRA

Enseignant-chercheur à l'Université Paul Valéry - Montpellier 3

More Posts

AAC : « Analyses des représentations des publics et des usages des internautes : retours critiques »

Appel à communication

L’analyse des sites web est-elle toujours pertinente ?

Chapitre 4 : Analyses des représentations des publics et des usages des internautes : retours critiques

Les internautes, par leurs usages des sites web, constituent des publics dont les concepteurs essaient de capter l’attention. C’est par la représentation que ces derniers se font de leurs publics que les sites web se construisent et évoluent. Cette représentation est notamment permise par le fait que les usages des internautes laissent des traces, quelle que soit la catégorie de sites (sites commerciaux, sites administratifs, sites de collectivités, sites d’entreprises, sites d’associations, sites collaboratifs, sites d’actualité…). Ces usages des sites et les analyses dont ils font l’objet nourrissent les travaux de recherche de différentes disciplines.

Inscrite dans le cycle d’échanges et de débats engagés lors des trois premiers chapitres dédiés à la pertinence de l’analyse des sites web, l’édition 2019 s’intéresse à la question des publics et des usages. Ce colloque vise à mettre en évidence des retours critiques à l’égard de l’analyse du web par le prisme de la confrontation des différences et des tensions entre audiences imaginées et audiences calculées, entre usages anticipés et usages réels des sites et médias sociaux des organisations.

Il s’agira ici de se focaliser plus précisément sur les deux grands axes suivants :

      • Les pratiques professionnelles et les représentations des publics
      • L’analyse des usages des sites dans la recherche académique.

AAC colloque sites web mai 2019_Clermont_prolongation

Xavier INGHILTERRA

Enseignant-chercheur à l'Université Paul Valéry - Montpellier 3

More Posts

La littératie numérique au prisme des sociologies de l’éducation et de la culture »

APPEL A COMMUNICATION

« La littératie numérique au prisme des sociologies de l’éducation et de la culture »

Colloque international Linsec, MMSH, 13-14 juin 2019
PROLONGATION – Deadline envoi propositions : 8 mars 2019

La place croissante prise par le développement des technologies numériques dans l’ensemble des sphères sociales nous amène non seulement à intégrer leurs apports dans les pratiques sociales et culturelles que nous analysons, mais également à interroger la manière dont les institutions éducatives, culturelles et artistiques se saisissent de ces nouveaux objets.
Ce colloque souhaite apporter des éclairages sur ces thématiques afin de permettre de situer ces pratiques, qu’elles soient actives, hybrides, différenciées ou collaboratives, et ce, afin de mieux saisir les enjeux liés à la littératie numérique, à savoir l’ensemble des techniques et pratiques scripturales et lectorales, quel que soit l’espace social, éducatif, culturel, artistique dans lequel elles s’exercent.
Ce colloque international se propose d’étudier le numérique sous quatre axes. Les propositions de communication devront s’inscrire dans l’un des axes thématiques. Des usages des technologies aux implications humaines en ligne, tous travaux issus des sciences sociales sont les bienvenus.

Appel à communication LINSEC en ligne

Xavier INGHILTERRA

Enseignant-chercheur à l'Université Paul Valéry - Montpellier 3

More Posts

Vincennes, l’université volée

Connaissez-vous l’Université de Vincennes ?

Cours du philosophe Gilles Deleuze à l'Université de Vincennes en 1975.

Cours du philosophe Gilles Deleuze en 1975. © Getty / Hervé GLOAGUEN

Si l’on est pas soixante huitard ou féru du « moment philosophique des années 60 », on ne connaît généralement pas l’histoire de l’Université de Vincennes, dont il ne reste plus le moindre vestige. Et pour cause …

En 1968, Edgar FAURE, ministre de l’éducation nationale sous la présidence de De Gaulle, se voit confier la délicate tâche de répondre au mouvement étudiant de mai 68. S’il s’agit officiellement d’alléger les effectifs de Sorbonne et Assas, officieusement l’objectif est d’envoyer les contestataires à l’extérieur de Paris, dans le bois de Vincennes, dans une université qui serait desservie par une seule ligne de bus. Une université certes expérimentale mais luxueuse, avec moquette, équipement vidéo et mobilier avant-gardiste, où le gauchisme, maintenu hors du quartier Latin, pourrait effectivement déployer ses talents.

Le centre universitaire expérimental de Vincennes est donc une « fille de mai 68 » (Soulier, 2012) en réponse à la critique de l’université et à la contestation pédagogique. De fait, il avait l’ambition d’être un foyer d’innovation se caractérisant par son ouverture sur le monde, de permettre l’accès aux salariés non bacheliers (seconde chance), et de proposer des disciplines jusque-là non enseignées à l’université (la psychanalyse, le cinéma, les arts, l’urbanisme, etc.). Certains cours avaient lieux en soirée, en groupes restreints, et les étudiants pouvaient construire un parcours universitaire qui leur était propre, avec une plus grande flexibilité. Pendant douze ans, cette fac « nouvelle génération » attire les meilleurs professeurs dans l’hexagone : Michel Foucault, Gilles Deleuze, Jacques Lacan, Hélène Cixous, François Châtelet, Jacques Derrida, Jean-François Lyotard, Madeleine Rebérioux, Jacques Rancière ou encore Robert Castel.

Mais ce formidable creuset idéologique ne tardera pas à révéler des affaires de drogue, prétexte idéal pour détruire Vincennes en 1980, condamnée par le pouvoir giscardien. En trois jours, tous les bâtiments sont rasés.

Xavier Inghilterra

L’aventure collective et les trajectoires intimes s’entremêlent dans le documentaire que Virginie Linhart a écrit à la première personne (Vincennes l’université perdue), elle qui, petite fille, découvrait ce lieu bouillonnant sur les pas de son père. Le « joyeux bordel » de Vincennes, comme sa formidable réussite pédagogique, sociale et humaine revivent au fil des archives précieuses et des récits, émus ou amusés. Loin de céder à une vaine nostalgie, le film résonne aussi comme une belle invitation à (re)penser l’enseignement d’aujourd’hui, délestée de l’injonction de la performance et du formatage. — Isabelle Poitte

Xavier INGHILTERRA

Enseignant-chercheur à l'Université Paul Valéry - Montpellier 3

More Posts

Écoles : les fausses promesses du numérique

Un article de @MariestellPechparu cette semaine dans un quotidien, dresse un bilan négatif des différents plans menés dans l’éducation depuis les années quatre-vingt. Ce numérique providentiel qui _ selon l’Institut Montaigne _ devait diviser par deux le taux d’échec en primaire, se fait toujours attendre. Pour autant, les candidats dans la course à la présidentielle promettent toujours plus de tablettes interactives à l’école, dans la plus pure des traditions progressistes. Là où d’autres pays comme la finlande ont déjà pris le contre-pied du déterminisme technique, en France, en revanche, il semble que l’on s’entête encore à privilégier l’équipement numérique au détriment sa médiation. Dans le secondaire, ce ne sont pas moins de 25% des collèges nationaux qui ont été dotés de tablettes entre 2016 et 2017. Pour un coût unitaire de 700€, l’état prend à sa charge 380€, le reste étant financé par le département. Les experts estiment quant à eux que ces ressources multimédia peuvent perturber l’apprentissage même des élèves. Un rapport de l’OCDE de 2016 concluait que les pays où les élèves font un usage modéré de l’ordinateur en classe enregistrent de meilleures performances scolaires. Quand sortira-t-on dans l’hexagone de cette suprématie technologique dont la seule argumentation possible réside dans le politique ?

J’ai eu l’occasion d’observer durant une demi-journée la classe « tablettes » d’une institutrice en cours élémentaire (CM1). Cette expérience m’a fait comprendre toute l’aberration sur le terrain de notre système éducatif et la déroute des enseignants à qui l’instrumentation pédagogique est imposée et qui se sentent démunis lorsqu’ils ne sont pas déjà aguerris aux technologies de l’information et de la communication pour l’enseignement (TICE).

Un outil numérique dans une classe traditionnelle

Le premier constat se situe dans l’agencement spatial de ladite classe : lorsque les tablettes sont encore rangées dans le chariot de recharge en début de matinée, rien en apparence ne laisse présager qu’il s’agit d’une classe numérique. Tables et chaises sont bien disposées en rangées perpendiculaires au tableau central, comme c’est de mise depuis Comenius. Ici, le tableau blanc interactif (TBI) a été fixé de façon arbitraire en fonction de la taille d’un adulte (enseignant) sans tenir compte de celles des enfants (élèves). Cette hauteur de tableau ne serait qu’un « détail » si l’enseignant avait été sensibilisé à l’intérêt de changer radicalement l’agencement structurel de sa classe avec l’avènement de numérique. Chacun des élèves a en effet la possibilité d’afficher le travail réalisé sur sa propre tablette sur le TBI lorsque l’enseignant l’interroge. De fait, il n’est plus nécessaire et encore moins justifié d’interroger les élèves au tableau. En pratique, l’enseignant persiste à enseigner en leur demandant de monter sur l’estrade. S’agissant d’un TBI, l’élève est sensé accéder à toute la zone tactile soit l’intégralité de sa surface. Or, la hauteur de celui-ci impose à l’élève de céder le stylet à son instituteur lorsqu’il doit atteindre le haut de l’écran.

Un outil numérique parfois mieux maîtrisé par les élèves

Ce n’est pas pour ainsi dire une classe inversée (Mazur, E., 1990), loin s’en faut. Mais lorsque l’enseignant est peu ou prou aguerri aux TICE, ce sont les élèves eux-mêmes qui lui viennent en aide. Dans la classe observée, les CM1 ont généralement une bonne maîtrise de ces tablettes pour les utiliser personnellement dans la sphère familiale. Ainsi, l’enseignant ayant oublié une fonctionnalité logicielle ou système pourra s’en remettre à l’élève qu’il estime être le plus à même de l’aider.

C’est le second constat édifiant de cette observation informelle mais néanmoins éloquente d’un système éducatif caractérisé par un déterminisme technique en marge de la médiation numérique, ce que d’aucuns qualifient de littératies informationnelles (Le Deuff, O., 2012). Le concept originel, tel qu’il a été théorisé, dépasse la didactique traditionnelle en tant qu’il intègre la communication écrite et orale, issue de la sphère personnelle et institutionnelle.

Ne priver aucun être humain de ses metaxu, c’est-à-dire de ces biens relatifs et mélangés (foyer, patrie, traditions, culture, etc.) qui réchauffent et nourrissent l’âme et sans lesquels, en dehors de la sainteté, une vie humaine n’est pas possible1. » 

Cette notion nouvelle revisite aussi des concepts plus anciens à l’instar de l’individuation de Simondon2 ou des metaxu de Weil n’ont jamais résonné aussi haut dans le secteur de l’éducation. Il reste cependant à convaincre ceux qui nous gouvernent, ce qui relève peut-être de la gageure.

Pour prendre toute la mesure de l’acception terminologique des littératies , je recommande l’article d’Olivier Le Deuff, auteur de différents ouvrages dans la thématique : « La skholé face aux négligences : former les jeunes générations à l’attention » dans Communication & Langages n°163, mars 2010, p.47-61


1 Weil, S., La pesanteur et la grâce, p.166, 1947.

2 Simondon, G., L’individuation à la lumière des notions de forme et d’information, Millon, 2005.

Xavier INGHILTERRA

Enseignant-chercheur à l'Université Paul Valéry - Montpellier 3

More Posts