Quand l’innovation ouverte providentielle pallie l’Etat défaillant.

L’article de Loïc Plé “Sauver des vies avec des masques Decathlon : le pouvoir de l’innovation frugale” paru dans The Conversation met en perspective une phénoménologie singulière : l’innovation “frugale”. Elle consiste à détourner l’usage initial d’un produit en lui substituant un composant fabriqué en impression 3D. De fait, c’est un produit hybride composé principalement de pièces fabriquées en très grandes séries et d’un ou plusieurs éléments réalisés à l’unité.

Une innovation est dite frugale lorsque son processus d’innovation et de production induit une économie significative dans l’utilisation de ressources rares. En d’autres termes : faire plus et/ou mieux pour satisfaire un usage donné, mais avec moins de ressources (financières, matérielles, énergétiques, etc.). Cela explique que, le plus souvent, les innovations frugales reposent plus sur de la « low-tech » que sur de la haute technologie, puisque la maîtrise des coûts en est une dimension essentielle. 

C’est souvent le cas dans le médical, comme ici avec le masque EasyBreath, où il est question de réaliser des pièces uniques adaptées à la morphologie humaine telles que des prothèses, valves … et qui sont par conséquent fabriquées à l’unité. Or, la grande distribution et la commercialisation de masse nous ont habitué à produire en très grandes séries ce qui exclue toute personnalisation potentielle de produits. Si les questions écologiques nous amènent régulièrement à remettre en question nos modèles économiques et industriels,  il aura fallu se confronter à la crise sanitaire du Covid-19 pour le rejeter massivement et se tourner vers les modes de production alternatifs des makers. A travers la fabrication de masques de protection, l’adaptation de la “valve charlotte” pour le EasyBreath Decathlon, l’innovation horizontale – ou innovation ouverte – se substitue à la production centralisée de masse …

L’innovation ouverte correspond à la combinaison de connaissances en provenance d’une entreprise et de connaissances qui lui sont extérieures (créées ou mobilisées par d’autres acteurs que l’entreprise ou ses employés). Une innovation ouverte résulte donc d’un processus collaboratif entre différents acteurs.

La création de valves adaptées au masque Decathlon et au matériel médical est une bel exemple d’innovation ouverte et collaborative. Marco Bertorello / AFP

Xavier INGHILTERRA

Enseignant-chercheur à l'Université Paul Valéry - Montpellier 3

More Posts


Auteur/autrice : Xavier INGHILTERRA

Enseignant-chercheur à l'Université Paul Valéry - Montpellier 3

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.