Écoles : les fausses promesses du numérique

Un article de @MariestellPechparu cette semaine dans un quotidien, dresse un bilan négatif des différents plans menés dans l’éducation depuis les années quatre-vingt. Ce numérique providentiel qui _ selon l’Institut Montaigne _ devait diviser par deux le taux d’échec en primaire, se fait toujours attendre. Pour autant, les candidats dans la course à la présidentielle promettent toujours plus de tablettes interactives à l’école, dans la plus pure des traditions progressistes. Là où d’autres pays comme la finlande ont déjà pris le contre-pied du déterminisme technique, en France, en revanche, il semble que l’on s’entête encore à privilégier l’équipement numérique au détriment sa médiation. Dans le secondaire, ce ne sont pas moins de 25% des collèges nationaux qui ont été dotés de tablettes entre 2016 et 2017. Pour un coût unitaire de 700€, l’état prend à sa charge 380€, le reste étant financé par le département. Les experts estiment quant à eux que ces ressources multimédia peuvent perturber l’apprentissage même des élèves. Un rapport de l’OCDE de 2016 concluait que les pays où les élèves font un usage modéré de l’ordinateur en classe enregistrent de meilleures performances scolaires. Quand sortira-t-on dans l’hexagone de cette suprématie technologique dont la seule argumentation possible réside dans le politique ?

J’ai eu l’occasion d’observer durant une demi-journée la classe « tablettes » d’une institutrice en cours élémentaire (CM1). Cette expérience m’a fait comprendre toute l’aberration sur le terrain de notre système éducatif et la déroute des enseignants à qui l’instrumentation pédagogique est imposée et qui se sentent démunis lorsqu’ils ne sont pas déjà aguerris aux technologies de l’information et de la communication pour l’enseignement (TICE).

Un outil numérique dans une classe traditionnelle

Le premier constat se situe dans l’agencement spatial de ladite classe : lorsque les tablettes sont encore rangées dans le chariot de recharge en début de matinée, rien en apparence ne laisse présager qu’il s’agit d’une classe numérique. Tables et chaises sont bien disposées en rangées perpendiculaires au tableau central, comme c’est de mise depuis Comenius. Ici, le tableau blanc interactif (TBI) a été fixé de façon arbitraire en fonction de la taille d’un adulte (enseignant) sans tenir compte de celles des enfants (élèves). Cette hauteur de tableau ne serait qu’un « détail » si l’enseignant avait été sensibilisé à l’intérêt de changer radicalement l’agencement structurel de sa classe avec l’avènement de numérique. Chacun des élèves a en effet la possibilité d’afficher le travail réalisé sur sa propre tablette sur le TBI lorsque l’enseignant l’interroge. De fait, il n’est plus nécessaire et encore moins justifié d’interroger les élèves au tableau. En pratique, l’enseignant persiste à enseigner en leur demandant de monter sur l’estrade. S’agissant d’un TBI, l’élève est sensé accéder à toute la zone tactile soit l’intégralité de sa surface. Or, la hauteur de celui-ci impose à l’élève de céder le stylet à son instituteur lorsqu’il doit atteindre le haut de l’écran.

Un outil numérique parfois mieux maîtrisé par les élèves

Ce n’est pas pour ainsi dire une classe inversée (Mazur, E., 1990), loin s’en faut. Mais lorsque l’enseignant est peu ou prou aguerri aux TICE, ce sont les élèves eux-mêmes qui lui viennent en aide. Dans la classe observée, les CM1 ont généralement une bonne maîtrise de ces tablettes pour les utiliser personnellement dans la sphère familiale. Ainsi, l’enseignant ayant oublié une fonctionnalité logicielle ou système pourra s’en remettre à l’élève qu’il estime être le plus à même de l’aider.

C’est le second constat édifiant de cette observation informelle mais néanmoins éloquente d’un système éducatif caractérisé par un déterminisme technique en marge de la médiation numérique, ce que d’aucuns qualifient de littératies informationnelles (Le Deuff, O., 2012). Le concept originel, tel qu’il a été théorisé, dépasse la didactique traditionnelle en tant qu’il intègre la communication écrite et orale, issue de la sphère personnelle et institutionnelle.

Ne priver aucun être humain de ses metaxu, c’est-à-dire de ces biens relatifs et mélangés (foyer, patrie, traditions, culture, etc.) qui réchauffent et nourrissent l’âme et sans lesquels, en dehors de la sainteté, une vie humaine n’est pas possible1. » 

Cette notion nouvelle revisite aussi des concepts plus anciens à l’instar de l’individuation de Simondon2 ou des metaxu de Weil n’ont jamais résonné aussi haut dans le secteur de l’éducation. Il reste cependant à convaincre ceux qui nous gouvernent, ce qui relève peut-être de la gageure.

Pour prendre toute la mesure de l’acception terminologique des littératies , je recommande l’article d’Olivier Le Deuff, auteur de différents ouvrages dans la thématique : « La skholé face aux négligences : former les jeunes générations à l’attention » dans Communication & Langages n°163, mars 2010, p.47-61


1 Weil, S., La pesanteur et la grâce, p.166, 1947.

2 Simondon, G., L’individuation à la lumière des notions de forme et d’information, Millon, 2005.

Xavier INGHILTERRA

Docteur qualifié en Sciences de l'Information & de la Communication • Chargé de Recherche chez ICADEMIE • Chercheur affilié au laboratoire I3M

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebookLinkedInGoogle Plus

Actes du colloque « La médiation numérique : Renouvellement et diversification des pratiques » • Zagreb, avril 2013

La 4ème édition de Document numérique & Société  s’est tenue en avril 2013 à l’Université de Sciences Sociales de Zagreb.  

Les actes de la conférence viennent de paraître chez De Boeck dans la collection Information & Stratégie. 

Cet ouvrage collectif de 251 pages, dirigé par J. Boustany, E. Broudoux & G. Chartron (CNAM • Intd) réunit les 17 communications & plénières présentées les  29 & 30 avril 2013 dans la capitale croate :

Sommaire

 

Site de l’éditeur 

Inghilterra, Xavier (2013)

Médiation sociotechnique au sein de communautés d’apprentissage

in Boustany, J., Chartron, G. & Broudoux, E. (Dir.)

La médiation numérique : Renouvellement et diversification des pratiques,

Actes du colloque «Document numérique & société», Zagreb 2013

Bruxelles, Belgique : De Boeck   ISBN 978-2-804-18227-4

 

Résumé : Cet article souligne les potentialités didactiques du micro-blogging, en tant que dispositif de médiation, pour accompagner le processus d’apprentissage à distance. Notre approche empirique est fondée sur une observation participante menée dans le cadre pédagogique auprès d’étudiants de niveau II. L’apprenant est au cœur d’un dispositif pédagogique qui lui permet d’interagir avec ses pairs et avec le tuteur, pendant le cours ou bien en dehors du cadre académique, considérant l’apprentissage informel comme partie intégrante du processus de formation. A la lumière des théories socio-constructivistes, nous mettons en exergue que le partage et la diffusion informationnelle, par le biais d’un dispositif de micro-blogging, créent de nouvelles modalités collaboratives et développent une culture de la participation au sein des communautés d’apprenants. Ces pratiques contribuent à mettre en place un environnement pédagogique pertinent par le biais de riches interactions sociales et la médiation des tuteurs dont nous décrivons les modalités. Ce travail de recherche présente la phase exploratoire d’analyses qualitatives et quantitatives des pratiques de micro-blogging en contexte de formation distante.

Mots-clés :  Dispositif sociotechnique, réseaux socionumériques, chaîne de médiations, émulation communautaire, intermédiatisation.

Abstract : This article highlights the potential of educational microblogging as a mediation system to support the process of distance learning. Our empirical approach is based on participant observation conducted in the framework tutoral with students of level II. The learner is at the heart of an educational system that allows it to interact with peers and with the tutor during the course or outside the academic context, considering informal learning as part of the training process. In the light of socio-constructivist theories, we think that informational sharing and dissemination through micro-blogging, can create new collaborative modalities and develop a culture of participation in the learning community. These practices promote the implementation of an appropriate learning process based on social mediation and tutors interactions. This research presents the exploratory phase of qualitative and quantitative analysis based on the exploration of microblogging practices in distance education.

Key words : Sociotechnical device, socio-digital networks, chains mediation, community emulation, intermediatization.

Support de communication présenté :

Xavier INGHILTERRA

Docteur qualifié en Sciences de l'Information & de la Communication • Chargé de Recherche chez ICADEMIE • Chercheur affilié au laboratoire I3M

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebookLinkedInGoogle Plus

Twitter: Un monde en tout petit ? | L’Harmattan

IMG_0183

 

Inghilterra, X. (2013).

Médiation sociotechnique au sein de communautés d’apprentissage. In Pélissier, Nicolas & Gallezot, Gabriel (Dir.), Twitter: Un monde en tout petit ? (p. 209‑230). Paris, France: Editions L’Harmattan.

chez l’Harmattan

 

Résumé

Qu’est-ce que Twitter ? Un réseau social et professionnel ? Un moyen de communication interactive ? Un outil de veille et de géolocalisation ? Une immense archive ouverte de nos opinions et émotions condensées en quelques fragments de textes réduits au format SMS ? Un peu de tout cela et plus encore… Voici une première étude consacrée à Twitter dans la recherche francophone en SHS.

Bon de commande : 

Table des matières :

Préface de Manuel Zacklad

Introduction. Twitter : un micro-monde sans fin(s)? par Gabriel Gallezot, Nicolas Pélissier

1ère partie : Twitter, du dispositif controversé au nouveau média social

  • Twitter : une machine à fabriquer de l’autorité, par Louise Merzeau
  • Twitter, outil de la curation sociale, par Vincent Lambert, Vanessa Landaverde
  • Du micro au macro : quand le journaliste témoigne d’un événement par Twitter, par Valérie Jeanne-Perrier, Tristan Mendès France
  • Entre bien commun et parangon publicitaire : une analyse socio-économique de Twitter, par Nikos Smyrnaios

Apartés :

  • Twitter : l’oiseau lyre du bruit du monde, par Olivier Ertzscheid
  • L’écriture Twitter : la contrainte libératrice, par Marc Mentré

2e partie : Entre rationalité et braconnage : les usages professionnels de Twitter

  • Twitter : questionnement sur les usages par les professionnels de la communication, par Franck Debos, Daphné Duvernay, Frédéric Ely
  • Le journalisme est-il soluble dans Twitter ? Enquête sur le choc de deux médiacultures, par Nicolas Pélissier, Mamadou Diouma Diallo
  • La visibilité sur Twitter : un enjeu professionnel, par Jean-Claude Domenget
  • Twitter et le microstorytelling : un nouveau lieu de légitimation pour les leaders politiques ? par Alexandre Eyries
  • Médiation sociotechnique au sein de communautés d’apprentissage, par Xavier Inghilterra

Apartés :

  • Tweets & science, par Gabriel Gallezot
  • Twitter et l’intelligence économique, par Camille Alloing et Nicolas Moinet

Qu’est-ce que Twitter ?

Un réseau social et professionnel ? Un moyen de communication interactive ? Un outil de veille et de géolocalisation ? Un lieu de partage de liens et de contenus ? Un fil d’information en continu ? Une immense archive ouverte de nos opinions et émotions condensées en quelques fragments de textes réduits au format SMS ? Un peu tout cela à la fois… et plus encore. Twitter est d’abord un dispositif inédit d’information et de communication qui résulte d’un processus d’interactions entre des individus socialisés et des processus technologiques complexes.

Cet ouvrage constitue la première étude collective critique consacrée à Twitter dans la recherche francophone en sciences humaines et sociales, à partir d’un programme de recherche piloté par le laboratoire I3M (Information, Milieux, Médias, Médiations) de l’université de Nice Sophia Antipolis et enrichi par les contributions d’experts reconnus au plan national.

À travers un réexamen du concept controversé de « dispositif », il livre des clés pour comprendre et analyser le fonctionnement de Twitter en tant que nouveau média social. Il montre aussi les nombreux usages de cette machine à communiquer dans un contexte plus professionnel. Riche par l’exigence et la diversité des approches qui le composent, il constitue un jalon théorique essentiel pour amorcer une réflexion stratégique de fond sur un dispositif qui ne cesse de prendre de l’importance dans nos sociétés contemporaines.

• Nicolas Pélissier, professeur des universités et directeur adjoint du département des sciences de la communication de l’université de Nice Sophia Antipolis, est chercheur et responsable du séminaire doctoral au laboratoire I3M (Information, Milieux, Médias, Médiations). Ses travaux portent sur les médias, le journalisme et les nouvelles formes d’écriture de l’information.

• Gabriel Gallezot, maître de conférences à l’université de Nice Sophia Antipolis, est coresponsable de l’Urfist Paca-C, cofondateur d’@rchivesic. Ses recherches portent sur la publication scientifique, l’information scientifique et technique et les pratiques informationnelles des chercheurs.

Xavier INGHILTERRA

Docteur qualifié en Sciences de l'Information & de la Communication • Chargé de Recherche chez ICADEMIE • Chercheur affilié au laboratoire I3M

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebookLinkedInGoogle Plus