Vincennes, l’université volée

Connaissez-vous l’Université de Vincennes ?

Si l’on est pas soixante huitard ou féru du « moment philosophique des années 60 », on ne connaît généralement pas l’histoire de l’Université de Vincennes, dont il ne reste plus le moindre vestige. Et pour cause …

En 1968, Edgar FAURE, ministre de l’éducation nationale sous la présidence de De Gaulle, se voit confier la délicate tâche de répondre au mouvement étudiant de mai 68. S’il s’agit officiellement d’alléger les effectifs de Sorbonne et Assas, officieusement l’objectif est d’envoyer les contestataires à l’extérieur de Paris, dans le bois de Vincennes, dans une université qui serait desservie par une seule ligne de bus. Une université certes expérimentale mais luxueuse, avec moquette, équipement vidéo et mobilier avant-gardiste, où le gauchisme, maintenu hors du quartier Latin, pourrait effectivement déployer ses talents.

Le centre universitaire expérimental de Vincennes est donc une « fille de mai 68 » (Soulier, 2012) en réponse à la critique de l’université et à la contestation pédagogique. De fait, il avait l’ambition d’être un foyer d’innovation se caractérisant par son ouverture sur le monde, de permettre l’accès aux salariés non bacheliers (seconde chance), et de proposer des disciplines jusque-là non enseignées à l’université (la psychanalyse, le cinéma, les arts, l’urbanisme, etc.). Certains cours avaient lieux en soirée, en groupes restreints, et les étudiants pouvaient construire un parcours universitaire qui leur était propre, avec une plus grande flexibilité. Pendant douze ans, cette fac « nouvelle génération » attire les meilleurs professeurs dans l’hexagone : Michel Foucault, Gilles Deleuze, Jacques Lacan, Hélène Cixous, François Châtelet, Jacques Derrida, Jean-François Lyotard, Madeleine Rebérioux, Jacques Rancière ou encore Robert Castel.

Photo : cours de Gilles Deleuze en 1975 © Agat Films & Cie

Mais ce formidable creuset idéologique ne tardera pas à révéler des affaires de drogue, prétexte idéal pour détruire Vincennes en 1980, condamnée par le pouvoir giscardien. En trois jours, tous les bâtiments sont rasés.

L’aventure collective et les trajectoires intimes s’entremêlent dans le documentaire que Virginie Linhart a écrit à la première personne (Vincennes l’université perdue), elle qui, petite fille, découvrait ce lieu bouillonnant sur les pas de son père. Le « joyeux bordel » de Vincennes, comme sa formidable réussite pédagogique, sociale et humaine revivent au fil des archives précieuses et des récits, émus ou amusés. Loin de céder à une vaine nostalgie, le film résonne aussi comme une belle invitation à (re)penser l’enseignement d’aujourd’hui, délestée de l’injonction de la performance et du formatage. — Isabelle Poitte


 

 

Xavier INGHILTERRA

Docteur qualifié en Sciences de l'Information & de la Communication • Chargé de Recherche chez ICADEMIE • Chercheur affilié au laboratoire I3M

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebookLinkedInGoogle Plus

Écoles : les fausses promesses du numérique

Un article de @MariestellPechparu cette semaine dans un quotidien, dresse un bilan négatif des différents plans menés dans l’éducation depuis les années quatre-vingt. Ce numérique providentiel qui _ selon l’Institut Montaigne _ devait diviser par deux le taux d’échec en primaire, se fait toujours attendre. Pour autant, les candidats dans la course à la présidentielle promettent toujours plus de tablettes interactives à l’école, dans la plus pure des traditions progressistes. Là où d’autres pays comme la finlande ont déjà pris le contre-pied du déterminisme technique, en France, en revanche, il semble que l’on s’entête encore à privilégier l’équipement numérique au détriment sa médiation. Dans le secondaire, ce ne sont pas moins de 25% des collèges nationaux qui ont été dotés de tablettes entre 2016 et 2017. Pour un coût unitaire de 700€, l’état prend à sa charge 380€, le reste étant financé par le département. Les experts estiment quant à eux que ces ressources multimédia peuvent perturber l’apprentissage même des élèves. Un rapport de l’OCDE de 2016 concluait que les pays où les élèves font un usage modéré de l’ordinateur en classe enregistrent de meilleures performances scolaires. Quand sortira-t-on dans l’hexagone de cette suprématie technologique dont la seule argumentation possible réside dans le politique ?

J’ai eu l’occasion d’observer durant une demi-journée la classe « tablettes » d’une institutrice en cours élémentaire (CM1). Cette expérience m’a fait comprendre toute l’aberration sur le terrain de notre système éducatif et la déroute des enseignants à qui l’instrumentation pédagogique est imposée et qui se sentent démunis lorsqu’ils ne sont pas déjà aguerris aux technologies de l’information et de la communication pour l’enseignement (TICE).

Un outil numérique dans une classe traditionnelle

Le premier constat se situe dans l’agencement spatial de ladite classe : lorsque les tablettes sont encore rangées dans le chariot de recharge en début de matinée, rien en apparence ne laisse présager qu’il s’agit d’une classe numérique. Tables et chaises sont bien disposées en rangées perpendiculaires au tableau central, comme c’est de mise depuis Comenius. Ici, le tableau blanc interactif (TBI) a été fixé de façon arbitraire en fonction de la taille d’un adulte (enseignant) sans tenir compte de celles des enfants (élèves). Cette hauteur de tableau ne serait qu’un « détail » si l’enseignant avait été sensibilisé à l’intérêt de changer radicalement l’agencement structurel de sa classe avec l’avènement de numérique. Chacun des élèves a en effet la possibilité d’afficher le travail réalisé sur sa propre tablette sur le TBI lorsque l’enseignant l’interroge. De fait, il n’est plus nécessaire et encore moins justifié d’interroger les élèves au tableau. En pratique, l’enseignant persiste à enseigner en leur demandant de monter sur l’estrade. S’agissant d’un TBI, l’élève est sensé accéder à toute la zone tactile soit l’intégralité de sa surface. Or, la hauteur de celui-ci impose à l’élève de céder le stylet à son instituteur lorsqu’il doit atteindre le haut de l’écran.

Un outil numérique parfois mieux maîtrisé par les élèves

Ce n’est pas pour ainsi dire une classe inversée (Mazur, E., 1990), loin s’en faut. Mais lorsque l’enseignant est peu ou prou aguerri aux TICE, ce sont les élèves eux-mêmes qui lui viennent en aide. Dans la classe observée, les CM1 ont généralement une bonne maîtrise de ces tablettes pour les utiliser personnellement dans la sphère familiale. Ainsi, l’enseignant ayant oublié une fonctionnalité logicielle ou système pourra s’en remettre à l’élève qu’il estime être le plus à même de l’aider.

C’est le second constat édifiant de cette observation informelle mais néanmoins éloquente d’un système éducatif caractérisé par un déterminisme technique en marge de la médiation numérique, ce que d’aucuns qualifient de littératies informationnelles (Le Deuff, O., 2012). Le concept originel, tel qu’il a été théorisé, dépasse la didactique traditionnelle en tant qu’il intègre la communication écrite et orale, issue de la sphère personnelle et institutionnelle.

Ne priver aucun être humain de ses metaxu, c’est-à-dire de ces biens relatifs et mélangés (foyer, patrie, traditions, culture, etc.) qui réchauffent et nourrissent l’âme et sans lesquels, en dehors de la sainteté, une vie humaine n’est pas possible1. » 

Cette notion nouvelle revisite aussi des concepts plus anciens à l’instar de l’individuation de Simondon2 ou des metaxu de Weil n’ont jamais résonné aussi haut dans le secteur de l’éducation. Il reste cependant à convaincre ceux qui nous gouvernent, ce qui relève peut-être de la gageure.

Pour prendre toute la mesure de l’acception terminologique des littératies , je recommande l’article d’Olivier Le Deuff, auteur de différents ouvrages dans la thématique : « La skholé face aux négligences : former les jeunes générations à l’attention » dans Communication & Langages n°163, mars 2010, p.47-61


1 Weil, S., La pesanteur et la grâce, p.166, 1947.

2 Simondon, G., L’individuation à la lumière des notions de forme et d’information, Millon, 2005.

Xavier INGHILTERRA

Docteur qualifié en Sciences de l'Information & de la Communication • Chargé de Recherche chez ICADEMIE • Chercheur affilié au laboratoire I3M

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebookLinkedInGoogle Plus

Calendrier de l’Avent du domaine public : qui s’élèvera dans le domaine public en 2017 ?

logoDepuis 2013, les membres de SavoirsCOM1 sensibilisent l’opinion publique aux « communs » en dévoilant les auteurs qui vont s’élever dans le domaine public au 1er janvier 2017. L’expression consacrée jusqu’alors était « tomber dans le domaine publique », un peu comme par fatalité. Avec son calendrier de l’avent, SavoirsCOM1 élève chaque année 24 personnalités dans le domaine public :

capture-decran-2016-12-11-a-09-21-54

Xavier INGHILTERRA

Docteur qualifié en Sciences de l'Information & de la Communication • Chargé de Recherche chez ICADEMIE • Chercheur affilié au laboratoire I3M

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebookLinkedInGoogle Plus

Actes du colloque « La médiation numérique : Renouvellement et diversification des pratiques » • Zagreb, avril 2013

La 4ème édition de Document numérique & Société  s’est tenue en avril 2013 à l’Université de Sciences Sociales de Zagreb.  

Les actes de la conférence viennent de paraître chez De Boeck dans la collection Information & Stratégie. 

Cet ouvrage collectif de 251 pages, dirigé par J. Boustany, E. Broudoux & G. Chartron (CNAM • Intd) réunit les 17 communications & plénières présentées les  29 & 30 avril 2013 dans la capitale croate :

Sommaire

 

Site de l’éditeur 

Inghilterra, Xavier (2013)

Médiation sociotechnique au sein de communautés d’apprentissage

in Boustany, J., Chartron, G. & Broudoux, E. (Dir.)

La médiation numérique : Renouvellement et diversification des pratiques,

Actes du colloque «Document numérique & société», Zagreb 2013

Bruxelles, Belgique : De Boeck   ISBN 978-2-804-18227-4

 

Résumé : Cet article souligne les potentialités didactiques du micro-blogging, en tant que dispositif de médiation, pour accompagner le processus d’apprentissage à distance. Notre approche empirique est fondée sur une observation participante menée dans le cadre pédagogique auprès d’étudiants de niveau II. L’apprenant est au cœur d’un dispositif pédagogique qui lui permet d’interagir avec ses pairs et avec le tuteur, pendant le cours ou bien en dehors du cadre académique, considérant l’apprentissage informel comme partie intégrante du processus de formation. A la lumière des théories socio-constructivistes, nous mettons en exergue que le partage et la diffusion informationnelle, par le biais d’un dispositif de micro-blogging, créent de nouvelles modalités collaboratives et développent une culture de la participation au sein des communautés d’apprenants. Ces pratiques contribuent à mettre en place un environnement pédagogique pertinent par le biais de riches interactions sociales et la médiation des tuteurs dont nous décrivons les modalités. Ce travail de recherche présente la phase exploratoire d’analyses qualitatives et quantitatives des pratiques de micro-blogging en contexte de formation distante.

Mots-clés :  Dispositif sociotechnique, réseaux socionumériques, chaîne de médiations, émulation communautaire, intermédiatisation.

Abstract : This article highlights the potential of educational microblogging as a mediation system to support the process of distance learning. Our empirical approach is based on participant observation conducted in the framework tutoral with students of level II. The learner is at the heart of an educational system that allows it to interact with peers and with the tutor during the course or outside the academic context, considering informal learning as part of the training process. In the light of socio-constructivist theories, we think that informational sharing and dissemination through micro-blogging, can create new collaborative modalities and develop a culture of participation in the learning community. These practices promote the implementation of an appropriate learning process based on social mediation and tutors interactions. This research presents the exploratory phase of qualitative and quantitative analysis based on the exploration of microblogging practices in distance education.

Key words : Sociotechnical device, socio-digital networks, chains mediation, community emulation, intermediatization.

Support de communication présenté :

Xavier INGHILTERRA

Docteur qualifié en Sciences de l'Information & de la Communication • Chargé de Recherche chez ICADEMIE • Chercheur affilié au laboratoire I3M

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebookLinkedInGoogle Plus

Academic Excellence in 140 Characters • R. Junco

Rey JUNCO have been looking for such a study for a long time : « Today as I was scouring the web looking for resources for a paper I am working on I came across this awesome video hidden deep inside the million videos in YouTube. The video features a study conducted by some university professors on the potential use of social networking sites in higher education. It shows how one of the instructors used Twitter with his undergraduate students to consolidate what they learned in class and helped them when they were out of class. Besides providing some of the ways teachers can use social media to foster their students learning, the results of the study are also amazing. A higher percentage of undergrad students who participated in this Twitter experience were reported to have benefited from Twitter in their learning. I am sharing with you this video below and looking forward to your feedback. »

Abstract: Despite the widespread use of social media by students and its increased use by instructors, very little empirical evidence is available concerning the impact of social media use on student learning and engagement. This paper describes our semester-long experimental study to determine if using Twitter — the microblogging and social networking platform most amenable to ongoing, public dialogue — for educationally relevant purposes can impact college student engagement and grades. A total of 125 students taking a first year seminar course for pre-health professional majors participated in this study (70 in the experimental group and 55 in the control group). With the experimental group, Twitter was used for various types of academic and co-curricular discussions. Engagement was quantified by using a 19-item scale based on the National Survey of Student Engagement. To assess differences in engagement and grades, we used mixed effects analysis of variance (ANOVA) models, with class sections nested within treatment groups. We also conducted content analyses of samples of Twitter exchanges. The ANOVA results showed that the experimental group had a significantly greater increase in engagement than the control group, as well as higher semester grade point averages. Analyses of Twitter communications showed that students and faculty were both highly engaged in the learning process in ways that transcended traditional classroom activities. This study provides experimental evidence that Twitter can be used as an educational tool to help engage students and to mobilize faculty into a more active and participatory role.

Xavier INGHILTERRA

Docteur qualifié en Sciences de l'Information & de la Communication • Chargé de Recherche chez ICADEMIE • Chercheur affilié au laboratoire I3M

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebookLinkedInGoogle Plus

Sociotechnical mediation in learning communities: Twitter in distance learning

Proceeding at « Twitter and Microblogging: Political, Professional and Personal Practices », Lancaster University, 10-12 April 2013, Lancaster, UK.

IMG_2058

Abstract :

Our proposed article highlights the potential of educational micro-blogging as a mediation system to support the process of distance learning. Noting that networking practices have invested heavily classrooms today, we postulate that this dynamic can be used to good effect to mobilize the active participation of learners and increasing their motivation. If social ties happening during training play a vital role in the learning process, Twitter is a device that is well suited to this paradigm shift by creating rich interactions from a singular model of communication.

A participant observation, conducted as part tutoral with level II students, is to place the learner at the heart of a pedagogical device allowing it to interact with peers and with the tutor during the course or off training time. In our research, immersion combined with playful community dynamics of social networks is a fruitful heuristic for individualized training pathways and suggest ways less academic promote informal learning.

After a review of the literature on educational potential of micro-blogging as in some leading universities, we describe our own use of Twitter in distance education and classroom training. If in our industrialization process of training the prerogatives of the tutor are evolving, social mediation is nonetheless essential because the use of information technology and communication education should not supplant the pedagogical. This mediation is a multimodal communication between tutor and learners based mainly on a LMS platform and blog dedicated using both the Twitter widget that displays the latest feeds. In this way, Twitter allows to effectively link teaching resources and users always ʺon lineʺ in a narrative style that is more akin to the domestic sphere of students.

But to win the adhesion of the largest number, so it is essential to get into the flow of our students practice, using their own socio-technical devices and finally to establish a lasting relationship without cleavage between academic and domestic practices : the interactions that are established during a confcall can also be extended outside training time in the private sphere. The tutor finally becomes a ʺfacilitatorʺ who will guide the community of learners to enable easier access to learning materials and to distinguish the relevant knowledge by acquiring good reflexes in information monitoring.

Our experiment shows, in the light of socio-constructivist theories, sharing and dissemination of information, through the use of Twitter, creating new collaborative methods and develop a culture of participation in communities of learners, like review groups in particular.

 

Sociotechnical mediation in learning communities: Twitter in distance learning at Twitter and Microblogging: Political, Professional and Personal Practices | Lanyrd.

Xavier INGHILTERRA

Docteur qualifié en Sciences de l'Information & de la Communication • Chargé de Recherche chez ICADEMIE • Chercheur affilié au laboratoire I3M

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebookLinkedInGoogle Plus

Un monde en tout petit ? Twitter & le microblogging • Journée d’études I3m / Saint Martin Vésubie

affiche

A l’origine de la publication chez l’Harmattan, une journée d’étude avait été organisée à St Martin Vésubie (Alpes Maritimes) à l’été 2012 par Nicolas Pélissier, Alexandre Eyries et Gabriel Gallezot.

Programme :

1ère session : Usages socio-professionnels de Twitter

    • (Discutants : Louise Merzeau et Marc Mentré)
  • 9h30 : Tweet et sciences : la recherche académique à l’épreuve de Twitter (Gabriel Gallezot)
  • 10h : Médiation sociotechnique au sein de communautés d’apprentissage : l’usage de Twitter en formation à distance (Xavier Inghilterra)
  • 10h30 : Twitter : questionnement sur les usages par les professionnels de la communication (Frédéric Ely, Franck Debos, Daphné Duvernay)
  • 11h : Twitter, un nouveau lieu de légitimation des leaders politiques ? (Alexandre Eyries et Anne-Hélène Ubertini)

2ème session : Twitter, marges et périphéries:

    • (Discutants : Jean-Marie Charon-CEMS et Jean-Claude Domenget)
  • 11h30 : Twitter et la « curation » de contenus : nouvelles pratiques, nouveaux usages : (Vincent Lambert et Vanessa Landaverde)
  • 12h : Twitter comme nouvelle source des journalistes ou nouveau média concurrent ? (Nicolas Pélissier et Mamadou Diallo)
  • 12h30 : No Lebanon, no Tweet (Jacques Araszkiewiez, Emmanuel Marty)

3ème session : Twitter à la croisée des Medias et Cultural Studies

  • 14h-16h : table ronde avec Louise Merzeau (Université Paris Ouest Nanterre La Défense-TACTIC), Jean-Marie Charon (CNRS/EHESS-CEMS), Marc Mentré (Ecole des Métiers de l’Information) et Jean-Claude Domenget (IUT SRC Montbéliard-LASELDI).
  • 16h-17h : Echanges et réactions après la table ronde
  • 17h30 : Clôture de la journée d’études et remerciements aux participants.

Voici ma présentation à cette occasion :


Xavier INGHILTERRA

Docteur qualifié en Sciences de l'Information & de la Communication • Chargé de Recherche chez ICADEMIE • Chercheur affilié au laboratoire I3M

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebookLinkedInGoogle Plus

How Twitter in the Classroom is Boosting Student Engagement

Cet article de G. Ferenstein a été publié en Mars 2010 dans Mashable ; il décrit l’expérience menée par Monica Rankin qui enseigne à l’Université du Texas (Dallas).

How Twitter in the Classroom is Boosting Student Engagement

Professors who wish to engage students during large lectures face an uphill battle. Not only is it a logistical impossibility for 200+ students to actively participate in a 90 minute lecture, but the downward sloping cone-shape of a lecture hall induces a one-to-many conversation. This problem is compounded by the recent budget cuts that have squeezed ever more students into each room.Fortunately, educators (including myself) have found that Twitter is an effective way to broaden participation in lecture. Additionally, the ubiquity of laptops and smartphones have made the integration of Twitter a virtually bureaucracy-free endeavor. This post describes the two main benefits professors find when using Twitter in lecture.

 

Increased Participation


 

During lecture, students tweet comments or questions via laptop or cell phone, while the TA and Dr. Rankin respond to a real-time feed displayed prominently in front of the room. Students who manage to live off the grid for 50 minutes can still pass in hand-written notes for the TA to tweet after class. 

 

Voir l’Article intégral in Mashable 

Xavier INGHILTERRA

Docteur qualifié en Sciences de l'Information & de la Communication • Chargé de Recherche chez ICADEMIE • Chercheur affilié au laboratoire I3M

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebookLinkedInGoogle Plus

Les TIC ne changent pas (encore) notre façon d’apprendre | Éduveille

27 août 2012

C’est une des conclusions majeures d’un rapport publié par l’OCDE en juillet dernier, avec le soutien de la Fondation MacArthur, sous le titre Connected Minds: Technology and Today’s Learners.

Une publication qui donc interroge les liens entre technologies et apprentissage du point de vue des apprenants et qui cherche à savoir si le niveau d’adoption ou de dépendance à l’égard des technologies influence le rapport au savoir et les attentes en matière d’enseignement et d’apprentissage. Autrement dit, il s’agit d’examiner au plus près les recherches disponibles pour déterminer si oui ou non le décalage maintes fois dénoncé entre les pratiques personnelles et les méthodes de l’enseignement formel s’avère préjudiciable aux apprentissages ; si les jeunes issus de cette génération C comme connectés se sentent déphasés du fait que l’école, l’université ne misent pas davantage sur les TIC… des questions que je n’avais pas abordées directement dans ma revue de littérature sur les jeunes et les médias sociaux, mais auxquelles j’étais bien évidemment tentée de répondre “oui”.

Eh bien la réponse est globalement négative, même s’il convient de nuancer le propos, en particulier parce que le manque de recherche empirique, fréquemment pointé, ne permet pas de conclure définitivement, mais d’offrir plutôt un instantané. En l’état actuel des connaissances, donc, les discours courants sur la nécessité d’opter pour un changement radical de pédagogie en sollicitant les compétences que les jeunes développent en contexte informel, ne sont pas attestés par les travaux scientifiques disponibles

voir l’article de Laure Endrizzi : http://eduveille.hypotheses.org/4602

Xavier INGHILTERRA

Docteur qualifié en Sciences de l'Information & de la Communication • Chargé de Recherche chez ICADEMIE • Chercheur affilié au laboratoire I3M

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebookLinkedInGoogle Plus

Usage de Twitter en pédagogie

Dans le cadre des Matinées E-Learning organisées par l’Université Jean Moulin de Lyon 3, Morgan Magnin de l’Ecole Centrale de Nantes présente l’usage qu’il fait de Twitter en pédagogie : http://suel.univ-lyon3.fr/webtv/voirvideo/1047/twitter/matinees-e-learning-twitter-morgan-magnin-lusage-de-twitter-en-pedagogie

Xavier INGHILTERRA

Docteur qualifié en Sciences de l'Information & de la Communication • Chargé de Recherche chez ICADEMIE • Chercheur affilié au laboratoire I3M

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebookLinkedInGoogle Plus

The effect of Twitter on college student engagement and grades

L’article suivant a récemment complété ma bibliographie de recherche dans le cadre de dispositifs socio-techniques exploitant Twitter dans un cursus pédagogique.

→ Télécharger l’article en PDF

The effect of Twitter on college student engagement and grades

R. Junco,* G. Heiberger† & E. Loken‡

*Lock Haven University, Lock Haven, PA 17745, USA

†South Dakota State University, Brookings, SD 57007, USA

‡The Pennsylvania State University, University Park, PA 16802, USA

 

Abstract :

Despite the widespread use of social media by students and its increased use by instructors,

very little empirical evidence is available concerning the impact of social media use on student

learning and engagement. This paper describes our semester-long experimental study to determine

if using Twitter – the microblogging and social networking platform most amenable to

ongoing, public dialogue – for educationally relevant purposes can impact college student

engagement and grades.Atotal of 125 students taking a first year seminar course for pre-health

professional majors participated in this study (70 in the experimental group and 55 in the

control group). With the experimental group, Twitter was used for various types of academic

and co-curricular discussions. Engagement was quantified by using a 19-item scale based on

the National Survey of Student Engagement. To assess differences in engagement and grades,

we used mixed effects analysis of variance (ANOVA) models, with class sections nested within

treatment groups. We also conducted content analyses of samples of Twitter exchanges. The

ANOVA results showed that the experimental group had a significantly greater increase in

engagement than the control group, as well as higher semester grade point averages. Analyses

of Twitter communications showed that students and faculty were both highly engaged in the

learning process in ways that transcended traditional classroom activities. This study provides

experimental evidence that Twitter can be used as an educational tool to help engage students

and to mobilize faculty into a more active and participatory role.

 

Keywords :

cooperative/collaborative learning, learning communities, media in education, post-secondary

education, social media, teaching/learning strategies.

 

 

Xavier INGHILTERRA

Docteur qualifié en Sciences de l'Information & de la Communication • Chargé de Recherche chez ICADEMIE • Chercheur affilié au laboratoire I3M

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebookLinkedInGoogle Plus

Twitter : un monde en tout petit ?

Inghilterra, X. (in press). Médiation sociotechnique au sein de communautés d’apprentissage : l’usage de Twitter dans la formation à distance, in Pelissier, N. et Gallezot, G. (dir.), Twitter : un monde en tout petit ? Paris, France: L’Harmattan, 2013.

PROGRAMME

8h45 : Accueil-café
9h15 : Ouverture de la journée d’études : Alexandre Eyries (UNS)
9h20 : Présentation du programme de recherche I3M par Gabriel Gallezot et Nicolas Pélissier (UNS), Responsables de programme.

1ère session : Usages socio-professionnels de Twitter (Discutants : Louise Merzeau-TACTIC et Marc Mentré)

9h30 : Tweet et sciences : la recherche académique à l’épreuve de Twitter (Gabriel Gallezot, UNS)
10h : Médiation sociotechnique au sein de communautés d’apprentissage : l’usage de Twitter chez Icadémie (Xavier Inghilterra, Doctorant USTV) :

Podcast de la présentation : 30mn

10h30 : Twitter : questionnement sur les usages par les professionnels de la communication (Frédéric Ely, Franck Debos, Daphné Duvernay, UNS)
11h : Twitter, un nouveau lieu de légitimation des leaders politiques ? (Alexandre Eyries et Anne-Hélène Ubertini, UNS)

11h-11h30 : Pause

2ème session : Twitter, marges et périphéries : (Discutants : Jean-Marie Charon-CEMS et Jean-Claude Domenget-LASELDI)

11h30 : Twitter et la curation de contenus (Vincent Lambert et Vanessa Landaverde, Doctorants, UNS)
12h : Twitter comme nouvelle source des journalistes (crowdsourcing) ou nouveau média concurrent ? (Nicolas Pélissier et Mamadou Diallo, UNS)
12h30 : No Lebanon, no tweet (Jacques Araskiewiez, UNS)

13h-14h : Déjeuner

3ème session : Twitter à la croisée des Medias et Cultural Studies
14h-16h : Table ronde à laquelle participeront Louise Merzeau (Université Paris Ouest Nanterre La Défense-TACTIC), Jean-Marie Charon (CNRS/EHESS-CEMS), Marc Mentré (Ecole des Métiers de l’Information) et Jean-Claude Domenget (IUT SRC Montbéliard-LASELDI).
16h-17h : Echanges et réactions après la table ronde
17h30 : Clôture de la journée d’études et remerciements aux participants.
Site du labo. : http://i3m.univ-tln.fr/Journee-d-etudes-Twitter.html

Xavier INGHILTERRA

Docteur qualifié en Sciences de l'Information & de la Communication • Chargé de Recherche chez ICADEMIE • Chercheur affilié au laboratoire I3M

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebookLinkedInGoogle Plus

Nouvelles médiations

Dans notre corpus de recherche, l’immersion ludique constitue une heuristique féconde pour individualiser les parcours de formation et susciter l’intérêt des apprenants ; les travaux menés autour de la pertinence du jeu dans la pédagogie et ses effets mélioratifs sur la motivation nous amènent à considérer le Learning Game comme une alternative aux contenus purement académiques, pour partie responsables du décrochage et de l’abandon de la formation.
Au-delà d’un déterminisme technique béat, nous postulons qu’un dispositif sociotechnique qui conjugue pédagogie ludique et dynamique sociale favorise l’engagement et la motivation de nos apprenants pour constituer des situations d’apprentissage pertinentes et de véritables outils d’acculturation aux technologies du web 2.0.
Les Sciences de l’Information et de la Communication proposent en ce sens de multiples potentialités pour étudier les dispositifs d’apprentissage distant exploitant le Learning Games et les médias sociaux.

Xavier INGHILTERRA

Docteur qualifié en Sciences de l'Information & de la Communication • Chargé de Recherche chez ICADEMIE • Chercheur affilié au laboratoire I3M

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebookLinkedInGoogle Plus