Vincennes, l’université volée

Connaissez-vous l’Université de Vincennes ?

Photo : cours de Gilles Deleuze en 1975 © Agat Films & Cie

Si l’on est pas soixante huitard ou féru du « moment philosophique des années 60 », on ne connaît généralement pas l’histoire de l’Université de Vincennes, dont il ne reste plus le moindre vestige. Et pour cause …

En 1968, Edgar FAURE, ministre de l’éducation nationale sous la présidence de De Gaulle, se voit confier la délicate tâche de répondre au mouvement étudiant de mai 68. S’il s’agit officiellement d’alléger les effectifs de Sorbonne et Assas, officieusement l’objectif est d’envoyer les contestataires à l’extérieur de Paris, dans le bois de Vincennes, dans une université qui serait desservie par une seule ligne de bus. Une université certes expérimentale mais luxueuse, avec moquette, équipement vidéo et mobilier avant-gardiste, où le gauchisme, maintenu hors du quartier Latin, pourrait effectivement déployer ses talents.

Le centre universitaire expérimental de Vincennes est donc une « fille de mai 68 » (Soulier, 2012) en réponse à la critique de l’université et à la contestation pédagogique. De fait, il avait l’ambition d’être un foyer d’innovation se caractérisant par son ouverture sur le monde, de permettre l’accès aux salariés non bacheliers (seconde chance), et de proposer des disciplines jusque-là non enseignées à l’université (la psychanalyse, le cinéma, les arts, l’urbanisme, etc.). Certains cours avaient lieux en soirée, en groupes restreints, et les étudiants pouvaient construire un parcours universitaire qui leur était propre, avec une plus grande flexibilité. Pendant douze ans, cette fac « nouvelle génération » attire les meilleurs professeurs dans l’hexagone : Michel Foucault, Gilles Deleuze, Jacques Lacan, Hélène Cixous, François Châtelet, Jacques Derrida, Jean-François Lyotard, Madeleine Rebérioux, Jacques Rancière ou encore Robert Castel.

Mais ce formidable creuset idéologique ne tardera pas à révéler des affaires de drogue, prétexte idéal pour détruire Vincennes en 1980, condamnée par le pouvoir giscardien. En trois jours, tous les bâtiments sont rasés. — Xavier Inghilterra

L’aventure collective et les trajectoires intimes s’entremêlent dans le documentaire que Virginie Linhart a écrit à la première personne (Vincennes l’université perdue), elle qui, petite fille, découvrait ce lieu bouillonnant sur les pas de son père. Le « joyeux bordel » de Vincennes, comme sa formidable réussite pédagogique, sociale et humaine revivent au fil des archives précieuses et des récits, émus ou amusés. Loin de céder à une vaine nostalgie, le film résonne aussi comme une belle invitation à (re)penser l’enseignement d’aujourd’hui, délestée de l’injonction de la performance et du formatage. — Isabelle Poitte


Xavier INGHILTERRA

Docteur qualifié en Sciences de l'Information & de la Communication • Chargé de Recherche chez ICADEMIE • Chercheur affilié au laboratoire I3M

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebookLinkedInGoogle Plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *