Écoles : les fausses promesses du numérique

Un article de @MariestellPechparu cette semaine dans un quotidien, dresse un bilan négatif des différents plans menés dans l’éducation depuis les années quatre-vingt. Ce numérique providentiel qui _ selon l’Institut Montaigne _ devait diviser par deux le taux d’échec en primaire, se fait toujours attendre. Pour autant, les candidats dans la course à la présidentielle promettent toujours plus de tablettes interactives à l’école, dans la plus pure des traditions progressistes. Là où d’autres pays comme la finlande ont déjà pris le contre-pied du déterminisme technique, en France, en revanche, il semble que l’on s’entête encore à privilégier l’équipement numérique au détriment sa médiation. Dans le secondaire, ce ne sont pas moins de 25% des collèges nationaux qui ont été dotés de tablettes entre 2016 et 2017. Pour un coût unitaire de 700€, l’état prend à sa charge 380€, le reste étant financé par le département. Les experts estiment quant à eux que ces ressources multimédia peuvent perturber l’apprentissage même des élèves. Un rapport de l’OCDE de 2016 concluait que les pays où les élèves font un usage modéré de l’ordinateur en classe enregistrent de meilleures performances scolaires. Quand sortira-t-on dans l’hexagone de cette suprématie technologique dont la seule argumentation possible réside dans le politique ?

J’ai eu l’occasion d’observer durant une demi-journée la classe « tablettes » d’une institutrice en cours élémentaire (CM1). Cette expérience m’a fait comprendre toute l’aberration sur le terrain de notre système éducatif et la déroute des enseignants à qui l’instrumentation pédagogique est imposée et qui se sentent démunis lorsqu’ils ne sont pas déjà aguerris aux technologies de l’information et de la communication pour l’enseignement (TICE).

Un outil numérique dans une classe traditionnelle

Le premier constat se situe dans l’agencement spatial de ladite classe : lorsque les tablettes sont encore rangées dans le chariot de recharge en début de matinée, rien en apparence ne laisse présager qu’il s’agit d’une classe numérique. Tables et chaises sont bien disposées en rangées perpendiculaires au tableau central, comme c’est de mise depuis Comenius. Ici, le tableau blanc interactif (TBI) a été fixé de façon arbitraire en fonction de la taille d’un adulte (enseignant) sans tenir compte de celles des enfants (élèves). Cette hauteur de tableau ne serait qu’un « détail » si l’enseignant avait été sensibilisé à l’intérêt de changer radicalement l’agencement structurel de sa classe avec l’avènement de numérique. Chacun des élèves a en effet la possibilité d’afficher le travail réalisé sur sa propre tablette sur le TBI lorsque l’enseignant l’interroge. De fait, il n’est plus nécessaire et encore moins justifié d’interroger les élèves au tableau. En pratique, l’enseignant persiste à enseigner en leur demandant de monter sur l’estrade. S’agissant d’un TBI, l’élève est sensé accéder à toute la zone tactile soit l’intégralité de sa surface. Or, la hauteur de celui-ci impose à l’élève de céder le stylet à son instituteur lorsqu’il doit atteindre le haut de l’écran.

Un outil numérique parfois mieux maîtrisé par les élèves

Ce n’est pas pour ainsi dire une classe inversée (Mazur, E., 1990), loin s’en faut. Mais lorsque l’enseignant est peu ou prou aguerri aux TICE, ce sont les élèves eux-mêmes qui lui viennent en aide. Dans la classe observée, les CM1 ont généralement une bonne maîtrise de ces tablettes pour les utiliser personnellement dans la sphère familiale. Ainsi, l’enseignant ayant oublié une fonctionnalité logicielle ou système pourra s’en remettre à l’élève qu’il estime être le plus à même de l’aider.

C’est le second constat édifiant de cette observation informelle mais néanmoins éloquente d’un système éducatif caractérisé par un déterminisme technique en marge de la médiation numérique, ce que d’aucuns qualifient de littératies informationnelles (Le Deuff, O., 2012). Le concept originel, tel qu’il a été théorisé, dépasse la didactique traditionnelle en tant qu’il intègre la communication écrite et orale, issue de la sphère personnelle et institutionnelle.

Ne priver aucun être humain de ses metaxu, c’est-à-dire de ces biens relatifs et mélangés (foyer, patrie, traditions, culture, etc.) qui réchauffent et nourrissent l’âme et sans lesquels, en dehors de la sainteté, une vie humaine n’est pas possible1. » 

Cette notion nouvelle revisite aussi des concepts plus anciens à l’instar de l’individuation de Simondon2 ou des metaxu de Weil n’ont jamais résonné aussi haut dans le secteur de l’éducation. Il reste cependant à convaincre ceux qui nous gouvernent, ce qui relève peut-être de la gageure.

Pour prendre toute la mesure de l’acception terminologique des littératies , je recommande l’article d’Olivier Le Deuff, auteur de différents ouvrages dans la thématique : « La skholé face aux négligences : former les jeunes générations à l’attention » dans Communication & Langages n°163, mars 2010, p.47-61


1 Weil, S., La pesanteur et la grâce, p.166, 1947.

2 Simondon, G., L’individuation à la lumière des notions de forme et d’information, Millon, 2005.


Xavier INGHILTERRA

Docteur qualifié en Sciences de l'Information & de la Communication • Chargé de Recherche chez ICADEMIE • Chercheur affilié au laboratoire I3M

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebookLinkedInGoogle Plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *